Écris ton histoire et deviens mémorable grâce au personal branding !

Adrien Adrien S. 05 mai 2021

Nouvelle édition, nouveau succès pour le Café Freelance du vendredi 30 avril ! Merci aux nombreux participants pour votre énergie toujours aussi incroyable ! Le sujet a eu beaucoup de succès, nous avons parlé de personal branding et de comment développer votre image de marque pour trouver les clients qui vous ressemblent ! Cet article vous propose d'approfondir le sujet avec les conseils de Laëtitia Vitaud ainsi que les interventions éclairantes de nos experts lors de la table ronde.

Retrouvez le replay vidéo de cette édition en haut de cet article. Et désormais, profitez aussi de la rediffusion du live en format podcast sur Spotify et sur Google Podcast ! Emportez le Café Freelance partout avec vous 🎙️ !

 

Cette édition autour du personal branding en quelques chiffres :

✅ + de 220 participants | ✅ + de 500 commentaires | ✅ + de 85 rencontres Chatworkees | ✅ 2 experts en personal branding | ✅ 1 Pitchworkeur au branding unique !

 

Commençons tout de suite dans le vif du sujet avec les conseils de Laëtitia Vitaud pour dépasser vos peurs et définir votre identité professionnelle facilement !

Revendiquer son identité avec Laëtitia Vitaud

"Je ne suis pas un produit !"

Dans l'esprit collectif, on relie souvent le personal branding à la vente et au marketing, surtout pour ses aspects négatifs. Se vendre fait peur, on ne veut pas passer pour un produit, on a du mal ou on ne veut pas se marketer.

Pourquoi ? Parce que l'on veut garder son indépendance et rester humble pour soi-même et ses clients. On a l'impression que se vendre, c'est devoir justifier sa valeur, et d'être forcé de dire aux entreprises "regardez-moi, je vous promets que je suis bien !". Or, on préfèrera généralement montrer cette promesse grâce à des résultats tangibles pour notre client, plutôt qu'en marketant notre identité professionnelle !

Présenté comme un produit, on peut penser que cela rappelle les promesses des vendeurs de lessive qui disent “laver plus blanc” que les concurrents. Pourtant :

1. On n’a pas envie de devoir faire comme une lessive ;

2. L’univers du marketing de grande consommation, ça nous ramène au statut de commodité interchangeable ;

3. On n’a pas forcément envie de dénigrer les concurrents.

Pourtant, les freelances sont des travailleurs de la passion economy ( cf : La passion economy décryptée par Thomas Burbidge dans notre article de Mars sur les multipotentiels). Le personal branding est en réalité à l'opposé du marketing de la consommation de masse ! Appliqué à la carrière d'un indépendant, c'est tout ce qui permet de définir son unicité et d'exister en tant qu’individu avec sa personnalité. Cela implique de montrer ses forces, ses faiblesses, ses valeurs, ses limites et ses désidératas. C'est ce que l'on appelle avec humour le "humble bragging" : il faut se montrer tel que l'on est, ne pas avoir peur de mettre en avant ses atouts et de s'humaniser auprès de ses clients et prospects.

Comme nous en avions parlé dans le Café freelance du mois dernier sur les freelances multipotentiels, le “fil conducteur” d’une carrière multiple, c'est l'histoire individuelle, l’identité et la réputation que l’on parvient à construire au fil de ses expériences qui nous construisent. Lorsque l'on veut se reconvertir ou élargir son éventail de compétences, on ne repart jamais de zéro ! Vos expériences passées ont enrichi votre profil, ce qui fait que d'autres professionnels viennent vous chercher pour qui vous êtes et pour vos valeurs. Le personal branding, c’est donc ce qui fait qu’on parvient à ne pas avoir à se vendre comme une lessive dans le quotidien de son travail !

Développer son personal branding correctement, cela s'apprend. Pour éviter les erreurs courantes ou de mal retranscrire votre identité, il ne faut pas hésiter à s'inspirer des meilleurs de ce domaine. Nous avons la chance de pouvoir compter sur l'expérience de 2 spécialistes pour traiter de ce sujet. Découvrez rapidement qui ils sont dans leurs présentations :

  • Alex Vizeo est expert en personal branding. Après avoir été influenceur voyage professionnel pendant 7 ans, où il a exercé le “métier de ses rêves grâce à un personal branding fort”, Alex a compris qu’il pouvait aider les gens à avoir leur propre “vie de rêve” en développant leur notoriété et leur “marque” personnelle. Il transmet son savoir et ses nombreux conseils sur son blog, son podcast et bien d'autres supports via son site Aventure d'entrepreneur.
  • Noémie Kempf est brand content strategist. C'est la créatrice du podcast The Storyline, format spécialisé dans le story-telling, qui “vous livre les outils, méthodes et secrets des meilleurs pour apprendre à créer votre contenu et devenir pro du storytelling”. Elle propose également des accompagnements personnalisés au format bootcamp sur le personal branding. 

 

Quel est le rôle du personal branding, lorsque l'on veut construire son identité professionnelle, selon Alex Vizeo ?

Pendant 7 années, Alex Vizeo a travaillé avec passion en tant qu'influenceur voyage, souhaitant donner l'envie à sa communauté de voyager. Après avoir fait le tour de son objectif (en 7 ans, on en fait des voyages !), il a décidé de remettre en question son activité professionnelle et sa passion. Elle commençait en effet à s'éloigner des nouvelles valeurs qu'il avait développées, notamment en termes d'écologie, de dépassement de soi et de projets. Il s'est alors posé la question : qu'est ce que j'ai désormais envie de faire ? Comment profiter de mon expérience pour trouver un métier en accord avec mes nouvelles envies ?

Selon Alex Vizeo, construire son personal branding, cela permet d'éviter de partir de zéro lorsque l'on souhaite se reconvertir. Lorsqu'il a commencé son activité d'influenceur voyage il y a 7 ans, il s'est rapidement constitué une identité qui lui a permis de réunir une base de "fans" qui ont suivi son contenu.

Lorsqu'il a ensuite changé de vocation pour devenir expert en personal branding, il s'est appuyé sur la communauté qui le suivait déjà. À ce moment-là, les gens ne l'ont pas laissé tomber, car ils avaient noué avec lui une relation pleine de sens et de confiance, qui allait au-delà du simple thème du voyage. De plus, sa transition professionnelle, qui se trouve dans la continuité naturelle de son parcours, s'est très bien passée ! Pourquoi ? Une des raisons probables est que la communauté qui suivait Alex avait aussi évolué au fil du temps avec lui, avec de nouveaux intérêts et envies dans leurs propres vies. Son changement de métier correspond à leurs nouvelles attentes, et son expérience passée justifie son positionnement d'expert de confiance. Sa communauté le suivait également pour sa façon d'être, de s'exprimer, d'apporter ses conseils et ses messages.

Pour trouver sa transition professionnelle, Alex a réfléchi à ce qu'il adorait faire "sans que l'on ait besoin de lui demander de le faire". C'est un des principes de la passion economy que nous avons déjà vu ensemble ! Grâce à son expérience sur le terrain, Alex a dû apprendre par lui-même comment mettre en avant son travail pour avoir le maximum de visibilité. Se mettre en lumière, les gens ne savent pas forcément le faire, il y a souvent des freins pour se mettre en avant. C'est là qu'il a eu l'idée d'utiliser toute cette expérience pour proposer à ses nouveaux clients une formation pour l'aide au développement du personal branding.

L’ère du personal branding ?

Quand on est freelance, pour avoir des clients et développer son business, il est capital d’avoir puis de retenir l’attention des gens. Dans les faits, il est possible de se passer du personal branding, surtout si on possède déjà une grande base de clients et de projets. Par contre, le personal branding permet de garder une certaine sécurité, car les clients vont venir à nous plus naturellement et on va pouvoir adapter notre offre. En plus, on peut se sentir enclavé avec ses gros clients, et si la relation ne se passe pas bien, il sera difficile de laisser tomber les gros projets sans personal branding. Lorsque l'on vient de commencer son activité ou que l'on se reconvertit, ce n'est plus la même histoire. Il faut se faire connaître, mettre en avant ses atouts, montrer sa plus-value et sa personnalité. Pour ne pas partir de zéro quand on lance une nouvelle offre, il est essentiel de mettre en place une stratégie de communication impactante. Le personal branding permet de créer cette histoire qui va lier vos expérience passées avec vos envies professionnelles actuelles.

La création de contenu permet d'attirer de nouveaux clients. C'est d'ailleurs un des choix dominants dans les domaines du marketing et de la communication. En mettant en avant qui on est, nos compétences, nos réalisations mais aussi notre personnalité, on attire des gens à qui notre profil parle, donc on va attirer les clients qui nous ressemblent.

Par quoi commencer quand on débute en personal branding ?

Il y a plusieurs étapes. La toute première (peut-être la plus difficile), c’est d’apprendre à bien se connaître. Il faut prendre en compte ses expériences passées, ses forces, faiblesses, et surtout être capable de les retranscrire correctement à travers sa marque personnelle. C'est un travail qui doit être réfléchi, mûri, qui doit précéder toutes les démarches de création de contenu. Pour cela, vous pouvez réaliser des séances d'analyse seuls, ou échangez avec des personnes qui vous connaissent professionnellement. Enlevez-vous de la tête tous les préjugés, toutes les idées préconçues soi-disant inhérentes à votre métier pour vous concentrer sur votre ressenti, vos envies, vos valeurs et ce que vous souhaitez en faire.

La seconde étape, c'est de choisir les bons outils (réseaux sociaux, sites) pour le faire. Chaque réseau à son public, avec ses codes et ses vocations. Quels réseaux sont faits pour vous ?

Ensuite, il faut se pencher sur les techniques de création de contenus pour trouver celle qui nous correspond. De nombreux supports sont aujourd'hui disponibles, et l'on peut créer gratuitement une grande majorité de son contenu. Que cela soit par le visuel, la newsletter, par l'audio ou la vidéo, chaque support possède ses avantages et ses inconvénients. Trouvez les supports sur lesquels vous êtes à l'aise et lancez-vous ! Analyser posément les premiers retours, ils seront importants mais à prendre avec du recul.

Une bonne idée est aussi de réaliser du contenu "chaud", des réactions qui apparaissent plus spontanées et qui vont apporter une plus grande proximité avec vos cibles. Prenons l'exemple du Café Freelance. Vous pouvez partager cet article et y réagir, pour montrer que vous vous intéressez au sujet, que vous êtes impliqués, que vous êtes expert dans ce domaine ou curieux d'apprendre... Pour le partager, vous pouvez publier des stories, des posts, rédiger votre propre article sur ce que vous avez retenu... utilisez une méthode sur laquelle vous êtes à l'aise et parlez avec sincérité de votre ressenti. Vous avez tout à y gagner ! Comprenez comment nourrir vos réseaux vous permet d'exister et d'être visible auprès de vos clients.

Un dernier conseil, ça serait de mettre en place les bons leviers pour développer son business. À travers son réseau, ses collaborations, la création d'events, de ses propres supports ! Prenez de la hauteur et devenez le créateur d'un contenu qui vous rend unique !

 

Quels sont les grands apprentissages en matière de personal branding selon Noémie Kempf

Avec son podcast The Storyline, Noémie a débattu sur le personal branding avec de nombreux spécialistes. Ce qu'elle en a retenu, c'est qu'il existe autant de manières de développer sa marque personnelle qu’il y a d’individus. Toutes les personnes qui ont su marquer leurs audiences ont au final développé leur propre communication qui était si différenciante qu'elle ne pouvait souffrir la comparaison. Même si les codes à appliquer pour se faire remarquer ne sont pas infinis, ces personnes ont réussi à se les approprier d'une manière personnelle, qui paraisse authentique et spontanée.

Concernant sa propre stratégie, Noémie a commencé par imiter les personnes qui avaient percé grâce à leur marque personnelle. Malheureusement en jouant un "personnage", il y a eu peu de retours. Noémie s'est rendue compte qu’il y avait plus de résonances auprès de son audience à partir du moment où elle s'est montrée telle qu'elle été réellement, sans artifices. Avec sa personnalité, ses centres d'intérêts, la relation client s'est améliorée lorsqu'elle a décidé de mettre en avant ses valeurs, ses thématiques de coeur ! L'engagement est bien plus présent et l'audience a senti une meilleure connexion avec elle. Il s’agit de remettre le “personal” dans “personal branding” et de ne pas essayer de se transformer en quelque chose que l’on est pas, mais qui semble marcher pour d’autres. Les clients qui font appel à des freelances sont aussi à la recherche de l'authenticité et de l'étincelle si spécifique aux indépendants !

Pour se lancer dans le personal branding, il faut d'abord tester et identifier ce qui vous fait vibrer, ce en quoi vous avez décerné chez-vous un certain “talent” ou une affinité. Ce qui est aussi important, c'est ce que vous voulez porter, transmettre dans votre travail, vos projets. Si vous ne voulez pas communiquer sur cela, il est probable que le personal branding ne soit pas le biais pour vous connecter à vos clients qui vous correspond le mieux. Il demande de vouloir porter un message.

Parce que si on ne trouve pas quelque chose qui nous passionne ou à minima nous intéresse vraiment, il sera très difficile de captiver son public sur la durée. Développer une marque personnelle ne se fait pas du jour au lendemain, il faut la construire et l'entretenir. C’est un travail long, qui repose sur la cohérence et le rythme.

Attention toutefois, il existe bien des règles pour communiquer de manière efficace. L'important, c'est de réussir à s’approprier les codes et les stratégies du branding et de la communication à sa manière. Il ne faut pas hésiter à ré-utiliser du contenu qui existe déjà, du moment que l'on arrive à le retransmettre à sa façon, avec sa plus-value. La puissance du personal branding, c'est d'injecter des émotions dans son message qui vont permettre de le retenir plus facilement. En véhiculant des informations en étant soit même, on va dépenser moins d'énergie pour véhiculer plus efficacement un message.

 

Sortir son épingle du jeu dans un univers médiatique saturé, c'est possible ?

Il est vrai que la multiplication des réseaux, des communications rend plus difficile le fait de retenir son auditoire. Les chiffres peuvent être alarmants, on parle même d'infobésité. On constate qu'entre 3 et 7% de la population décident désormais sciemment de ne pas consulter les informations et actualités en général, par effet de saturation.

Il reste toutefois des manières de se faire connaître rapidement. Voici quelques idées de supports qui fonctionnent bien.

La première, c'est de se concentrer sur la qualité de son contenu.

Il vaut mieux sortir un beau produit, qui réponde à des besoins, voire qui crée de nouvelles interrogations chez votre public, plutôt que de vouloir se précipiter et proposer un contenu moins approfondi. Avec la saturation du marché, vous gagnez en visibilité si votre travail est utile pour votre audience. Réfléchissez bien à la qualité de votre message, son positionnement et sur la nouveauté de ce que vous pouvez apporter.

Une autre tendance qui fonctionne aujourd’hui, c’est l’émergence du rôle des collectifs dans le personal branding. Qu’il s’agisse de newsletters (comme Substack), de médias… on parle de plus en plus de bundling, de co-création… Au nom du groupe, on puise dans les contacts des uns et des autres, on se recommande et on gagne en visibilité. Le collectif peut permettre de mieux rayonner. De plus, parler au nom du groupe est garant d'une certaine qualité, on profite de la notoriété des autres et les projets peuvent être plus importants.

Cependant, il faut être vigilant et ne pas laisser son identité se dissoudre dans la dynamique de groupe ! Le collectif donne l’amplitude, la visibilité, la force d’action. Chacun des individus est tout de même responsable de créer son propre univers, de son identité. Il faut donc trouver cet agile équilibre pour profiter de ce modèle sans perdre sa marque de fabrique.

 

Un exemple de bonne pratique en matière de branding ?

Une idée que l'on peut développer quand on fait son branding est le principe du framework “X pour Y”.

Même quand on parle de personal branding et que chaque personne s'exprime de manière unique, il est quand même rassurant de cadrer sa réflexion, surtout quand il s’agit de définir son positionnement. Comme le disait Laëtitia, le personal branding reste l’appropriation des codes marketing utilisés par les marques. Et pour les marques, une première étape essentielle dans son développement est de comprendre comment clairement communiquer sa proposition de valeur, à travers un positionnement distinctif.

C’est le rôle du X pour Y, qui est une grosse simplification du processus, mais très utile. Il faut visualiser ces deux lettres comme des cercles :

X représente ce que vous proposez, vos sujets d’expertise et de prise de parole 

Y quant à lui est l’audience à qui vous vous adressez

La zone de rencontre entre les deux détermine votre niche, votre proposition de valeur. L’objectif étant de s’adresser à une audience le plus spécifique possible, avec un angle unique.

 

Les 3 idées à retenir, par Laëtitia Vitaud 💡

  • Le personal branding, c’est ce qui permet de ne pas partir de zéro quand on change d’activité, de géographie ou de secteur. Le personal branding permet de se projeter sur le long terme, d'identifier les petites briques pour construire son édifice personnel. Cela permet de prendre du recul sur nos décisions et d'envisager le parcours effectué et la suite sereinement, en apportant une cohérence à l'ensemble.
  • Demandez-vous ce que vous voulez apporter réellement, comment vous allez faire gagner du temps, de l'information aux gens. À force de donner en permanence du contenu qui va enrichir votre communauté, vous allez devenir indispensable pour votre audience.
  • Le personal branding, ce n'est pas forcément quelque chose de solitaire. On peut y intégrer la dimension collective. Ensemble, on est plus fort !

 

Pour aller plus loin : un Pitchworkees rempli de tips avec Brice Schwartz 🚀

Nous avons laissé la parole à nos freelances pour parler de VOTRE expérience du personal branding. Vous le connaissez peut-être déjà, il est intervenu lors de différents Cafés Freelance, nous avons la chance d'avoir accueilli Brice Schwartz pour nous présenter son Pitchworkees avec pour thème : "5 minutes pour construire votre marque personnelle (et devenir mémorable)". Découvrez dans un article dédié sa présentation et la retranscription du live ! 

 

Les réponses de notre experts à vos questions

Vous avez été très nombreux à poser vos questions à nos experts durant la table ronde ! Voici les réponses tant attendues !

 

Produire du contenu, c'est important, mais comment faire pour ne pas avoir l'impression de produire la même chose que tellement d'autres ?

Laëtitia Vitaud : Je pense qu'il faut arrêter de se mettre la pression sur l'originalité et le fait qu'il faille absolument dire des choses forcément différentes et incroyablement originales. Avec cette pression, le risque, c'est de ne jamais rien faire, ou bien de faire des trucs qui ne nous ressemblent pas juste pour faire "différent". J'aime beaucoup cette citation d'André Gide qui disait : "Tout a déjà été dit, mais comme personne n'écoute, il faut sans cesse recommencer". D'une certaine manière, ça allège beaucoup de choses de s'enlever cette pression-là.

Après, la manière singulière dont on combine les choses (les idées des autres), le soin qu'on apporte à son contenu, les échanges que ce contenu provoque... feront que ça ne sera jamais exactement la même chose que le post du voisin. Noémie l'a très bien dit : on peut VOLER des idées, se les approprier, les mélanger et en faire sa popotte à soi.

Noémie Kempf : Au-delà du contenu, c'est justement ta personnalité, ton opinion, ton approche, ton style qui va attirer une certaine audience à toi. C'est pour ça que c'est important de définir et d'identifier ce qui te rend unique, ce qui te distingue, et de cultiver ta singularité ! Deuxième chose, toujours commencer sur une niche, c'est plus simple de s'y faire une place pour ensuite faire grandir ton audience. La micro influence est beaucoup plus recherchée et efficace en termes d'engagement que la macro influence !

 

Linkedin est souvent mentionné. Comment commencer sur Linkedin quand on a 0 réseau professionnel initial?

Laëtitia Vitaud : LinkedIn n'est pas forcément le meilleur réseau pour tous les profils. Quand on est illustrateur, ça sera plutôt Instagram. Quand on commence de zéro, le plus important, c'est de privilégier la pertinence plutôt que la quantité : "liker" des choses pertinentes, poster des contenus pertinents, se connecter à des personnes de son secteur / géographie / métier etc. Il faut en quelque sorte entraîner les algorithmes. Donc c'est important de commencer par la qualité. Un réseau même petit de gens qu'on connaît, avec lesquels on a travaillé et/ou qui partagent le même sujet pourront aider à faire grandir la réputation rapidement. LinkedIn, ça peut grandir assez vite quand on a du contenu pertinent à partager. C'est important aussi de bien remplir le profil : une photo de qualité, des liens.... Il ne faut pas hésiter à se faire aider pour bien peaufiner la page profil !

 

❓ Combien de temps par semaine faut-il consacrer au travail de son image de marque ?

Noémie Kempf : Tout dépend de vos objectifs mais aussi (et surtout) de vous ! Je pense qu'il vaut mieux prendre le sujet à l'envers et se demander : combien de temps puis-je consacrer au travail de mon image de marque chaque semaine ?

À partir de là, décider quel(s) format(s) que vous pouvez produire, à quelle fréquence vous allez poster sur vos réseaux, quels réseaux vous allez prioriser, etc. Parce que l'important est de tenir sur la durée, et pour ça il faut être sûr.e que vous aurez le temps de publier au même rythme !

 

Comment gérer la limite entre vie personnelle et personal branding, partager suffisamment pour créer un lien avec une communauté sans pour autant tomber dans l'over-share ? Que raconter, où mettre la limite ?

Alex Vizeo : Il y a une grande différence entre dire qu’on apprécie des bonnes discussions entre amis pour se ressourcer et se changer les idées et dire le contenu de ces conversations.

Le but est de partager des idées, leçons, concepts qui seront utiles à sa communauté. Pas besoin de raconter les détails précis de sa vie pour ça. Donc chacun doit décider ce qui est ok de partager pour lui, tout en gardant à l’esprit que chaque partage doit avoir une valeur ajoutée pour sa communauté.

 

Noémie et Alex, constatez-vous que la bonne image suffit à capter des clients, ou bien avez-vous proposé des services individualisés (type coaching) très coûteux en temps ?

Alex Vizeo : Tu crées du contenu de qualité pour construire « ta bonne image » et attirer les bons clients. Une fois que tes clients sont intéressés, à toi de les orienter sur l’offre de service qui leur correspondra le mieux : Entrée de gamme ou premium. La notoriété permet d’attirer, à toi ensuite de « closer » le deal si nécessaire si tu es sur du High Ticket.

Noémie Kempf : Je ne suis pas sûre que les deux soient opposés ;) La bonne image attire des clients à soi, c'est clair. Aujourd'hui, tous mes clients arrivent de manière organique, par bouche à oreille et via mes prises de parole. MAIS pour retenir le client, être recommandé.e et créer des relations dans la durée (important quand on est freelance), il n'y a pas de secret : il faut produire des livrables impeccables et faire un boulot de qualité. Et justement, c'est difficile de gérer création de contenu personnel en parallèle de son travail avec ses clients. Il est absolument essentiel d'apprendre à maintenir des standards de qualité sur les deux, sans se laisser épuiser par l'un ou l'autre.

Sur le sujet des services individualisés, ça m'arrive de faire du coaching de temps en temps dans le cadre des bootcamps The Storyline (chaque bootcamp inclut 4h de coaching avec moi). C'est en effet chronophage mais j'aime le faire parce que 1/ l'échange individuel et voir la progression de quelqu'un me donne une énergie folle et 2/ je pense que si on s'enferme dans des produits / services standardisés on ne se challenge plus (ou moins) et on perd sa capacité à innover, sa créativité.

 

Communiquer sur sa marque personnelle lorsqu'on est slasheur ou multi-compétences? Faut-il tout regrouper sur un site / compte instagram ou créer un compte / site par service / activité ?

Difficile, j'avoue... Je suis dans la même situation. J'ai regroupé pas mal de choses sur The Storyline mais je n'ai pas fait du "tout en un". Je préfère avoir des initiatives séparées, mais construire des ponts dès que j'en ai l'occasion. Par exemple, j'ai aussi co-créé une formation à la construction de communautés, et de temps en temps j'aborde le sujet de la communauté comme levier d'acquisition dans The Storyline, parce que les deux sujets sont cohérents. Si les sujets sont vraiment trop différents, je préfère les maintenir distincts.

 

Quel statut avez-vous choisi pour votre activité ? AE, maison des artistes, portage salarial ?

Alex Vizeo : J’ai très longtemps été en auto-entreprise. Je suis désormais en SASU. Je t’invite à te renseigner sur ce qui fait le plus de sens fiscalement pour toi par rapport à ta situation et ton chiffre d’affaires. Chaque cas est spécifique.

 

❓ Noémie, peux tu nous redonner le nom de l'exemple américain du bud budding stp?

Noémie Kempf : il s'agit du Bundling :p. Et pour l'exemple, je parlais d'Every ! https://every.to/news

 

Je débute en freelance dans la création d'images. Mais je n'ai ni expérience pro/stage dans le domaine, ni études relatives (autodidacte). Comment être crédible sans avoir eu de clients passés?

Alex Vizeo : Offre des prestations à des personnes que tu apprécies ou qui te permettront de créer un book de références qualitatif. Ne fais pas de rabais, offre-le ! Sinon les gens assimileront tes prestations à un prix bradé. Là, tu leurs expliques pourquoi tu leurs offres et que c’est du win-win mais qu’habituellement, ça vaut X€.

 

Par rapport à l'expertise/ ce que l'on peut donner aux gens moins avancés que soi: en tant qu'illustratrice, que pourrais-je apporter pour aider?

Noémie Kempf : Plein de choses ! Je rêverais d'apprendre à faire mes premiers pas en illustration mais je me considère comme absolument nulle en dessin. Tu pourrais faire des petits cours, des tutos, des vidéos interactives dans lesquelles tu donnes les bases de l'illustration pour les curieux. Tu pourrais créer un compte qui fait de la curation d'illustrations sur un sujet précis ou sur une couleur précise. Les possibilités sont infinies ! Tout dépend de ce que tu as envie de transmettre et de ce qui fait ta "patte".

 

Le personal branding et vous !

Le personal branding est un sujet que chacun peut interpreter et utiliser d'une manière unique. Nous vous avons demandé durant le live ce que vous pensiez du personal branding, et quelles étaients les valeurs que vous mettiez en avant dans votre communication. Voici les 4 données à retenir

  1. Vous êtes 74,5% à indiquer avoir des difficultés à communiquer sur votre marque personnelle. Cela tombe bien, cet article est là pour vous aider à vous en sortir !
  2. Vous êtes 50% à appliquer un personal branding axé sur la dimension humaine (l'engagement), plutôt que sur le côté corporate (20%), fun (8%) ou communautaire (20%)
  3. 65,2% d'entre vous communiquent essentiellement des réalisations pour attester de la qualité de votre travail, contre 28,3% qui préfèrent mettre en avant leur personnalité !
  4. Votre personal branding est selon vous unique et reconnaissable à 53%, 47% pensent donc avoir un contenu plus "classique" et commun aux autres freelances du même métier.

---

 

Vous l'avez sûrement remarqué, le site a fait peau neuve et dévoile sa nouvelle version ! Pour en savoir plus, nous avons réalisé un article pour vous guider pas à pas sur les changements qui sont intervenus sur le site. Plus simple et plus fluide, découvrez les avantages de la nouvelle plateforme ici 👉 https://bit.ly/3sSpYXw

 

Vous êtes impatients de découvrir le prochain Café Freelance ? On vous donne rendez-vous le Jeudi 27 Mai pour continuer sur la lancée du personal branding avec les tips pour vous faire connaître. Vous pouvez déjà réserver votre matinée 🙂

 

Et pour ne rater aucun futur événement, rejoignez-nous sur les réseaux sociaux et découvrez les invités en avant-première !

Instagram : @cafefreelance_[Nomdevotreville] et sur Coworkees

Facebook : Café Freelance by Coworkees [Nomdevotreville] et sur Coworkees

Linkedin : https://bit.ly/3we5Jq8

 

Si vous souhaitez réagir à cet article, partager votre vision du personal branding ou encore répondre aux avis de nos experts, la section commentaire est là pour vous 🗨️ On vous dit à très bientôt pour le programme du prochain Café Freelance !

L'équipe Coworkees