Freelance et multipotentiel : la recette parfaite ?

Adrien Adrien S. 30 mars 2021

Être freelance, c'est faire le choix de l'indépendance professionnelle et de la flexibilité ! Mais êtes-vous sûr de vendre correctement l'ensemble de vos compétences à vos clients ? Il n'est pas toujours aisé de définir clairement ses services, surtout quand on est multipotentiel. Ne vous inquiétez pas, vous n'êtes pas seul ! Aujourd'hui, nous allons vous accompagner sur les questions de switch & slash freelancing ! Comment envisager sereinement un changement d'activité lorsque l'on souhaite se reconvertir ? Et comment développer ses offres quand on est slasheur ?

Nous avons débattu de ces sujets lors du dernier Café Freelance, qui s'est déroulé le vendredi 26 mars. Cet événement mensuel rassemble les freelances autour de sujets qui touchent au quotidien des indépendants. Découvrez les conseils de véritables experts du switch & slash de manière approfondie dans cet article. Vous y trouverez les clés de succès pour définir les activités qui vous ressemblent le plus, et comment exploiter pleinement votre multipotentialité !

Retrouvez le live du Café Freelance de Mars dans la vidéo de cet article ! Vous voulez participer au prochain événement ? Nous vous donnons rendez-vous le vendredi 30 avril ! Vous pouvez déjà réserver votre matinée 😉

 

En quelques chiffres, le Café Freelance de mars aura réuni :

✅ + de 170 participants | ✅ + de 500 commentaires | ✅ + de 70 rencontres Chatworkees | ✅ 2 experts du switch & slash freelancing | ✅ 1 Pitchworkeuse 100% slasheuse !

 

Pour introduire ce sujet, nous allons observer les origines de la multipotentialité. Laetitia Vitaud, experte du future of work, définit avec nous ce qu'elle a communément appelé le syndrome "Léonard de Vinci".

 

Existe-t-il un syndrome Léonard de Vinci 🎨 ?

Léonard de Vinci pourrait être défini comme un multipotentiel des temps anciens. La palette de ses compétences était en effet très large : peintre, géologue, mathématicien, musicien, architecte, etc. Cette étendue de compétences lui a apporté le statut de génie dans les consciences collectives.

 

Aujourd'hui, les multipotentiels sont de plus en plus nombreux. Quels facteurs peuvent expliquer cela ?
Tout d'abord, les écoles proposent des formations dites "généralistes" qui peuvent vous permettre une transversalité plus importante, surtout dans les métiers de la communication et du marketing.


Ensuite, l'accès à l'autoformation qui s'est largement répandue. Il est aujourd'hui aisé de trouver du contenu de qualité grâce à Internet et aux réseaux sociaux. C'est également la stratégie de contenu émergente qui permet d'avoir des formations clé en main proposées par de nombreux professionnels qui souhaitent se faire connaître et démontrer leur expertise sur un domaine.


Enfin, le détournement de ses passions extra-professionnelles vers une activité commerciale. Exemple : quelqu'un qui se passionne pour la photographie peut proposer cette compétence en complément à ses prestations générales. Le statut de freelance est parfait pour cela : vous pouvez travailler dans différents domaines de compétences, tout en élargissant votre éventail de services.

 

La comparaison entre hyper-spécialistes et slasheurs

De manière classique, on oppose souvent la maîtrise spécialisée (expertise) aux intérêts pluriels (le slashing). L'éloge des spécialistes a longtemps été faite au détriment des personnes aux compétences plus multiples et jugées amateures. Cependant, lorsque l'on s'intéresse de plus près aux profils des slasheurs, on constate qu'ils sont plus à même de correspondre aux métiers de demain ! Ils peuvent être considérés comme des avant-gardistes, qui ont compris les enjeux de construire une identité professionnelle plurielle et en constante évolution.

On entend toujours que la norme est de n'avoir qu'un seul métier; que l'on se prépare toute notre jeunesse pour devenir tel ou tel professionnel. "Qu'est-ce que tu veux faire plus tard" est encore demandé aux enfants, alors même que leur potentiel n'est pas révélé (et comme s'il n'existait en réalité qu'une seule voie possible). La stigmatisation à laquelle on peut être confronté lorsque l'on s'intéresse à "trop" de sujets, que l'on a pas encore trouvé son modèle professionnel (d'ailleurs, il n'y en a pas qu'un non plus) sont autant de freins qui peuvent vous faire penser à limiter votre potentiel.

Au contraire, les métiers, les méthodologies, les outils pour travailler se métamorphosent à grande vitesse. La capacité d'adaptation est devenue très importante. L'envie de travailler dans un domaine peut intervenir beaucoup plus tard dans son processus de décision professionnelle, et pourquoi se limiter à un seul d'entre eux ?

Nous pouvons parier que dans les années à venir, l'hyperspécialisation ne sera plus la norme, en tout cas ne sera plus l'unique choix pour un professionnel, mais qu'elle sera rejointe par d'autres modèles de fonctionnement plus souples, dont le slashing.

Laetitia Vitaud, forte de son expérience de plusieurs années en tant qu'indépendante, affirme que la multipotentialité s’accorde particulièrement bien au modèle du freelancing. Ce statut permet de facilement pouvoir se reconvertir, d'apprendre de nouvelles compétences, de faire plusieurs métiers simultanément en étant maître de son emploi du temps. Il permet de construire une activité à son image, où la combinaison de talents multiples est ce qui permet de déployer un grand champ de compétences.

 

Pourquoi être un freelance multipotentiel est très adapté au marché professionnel ?

Trois raisons principales confortent les multipotentiels dans leur choix de modèle économique :

  • L'économie mondiale connaît de grands bouleversements. Les anciens et nouveaux métiers vont continuer d'évoluer, entrainant des changements structurels importants (évolution des modèles économiques, durée de vie d'entreprises plus courtes). Le résultat conduit à plus de reconversions et de souplesse, cela va concerner de plus en plus de personnes.
  • Les professionnels ont envie de changement. Avec une durée de vie toujours plus grande, les personnes vont être amenées à travailler de plus en plus longtemps. Difficile de lutter contre la monotonie, l'envie de changer de travail intervient souvent plusieurs fois durant une vie.
  • L'individualité est désormais plus valorisée et enrichissante que le fait de devoir rentrer dans un moule. Aujourd'hui, la singularité est recherchée par les travailleurs. Cela passe par le fait de combiner des compétences et passions uniques qui font votre force.

Pour aller plus loin sur le syndrome Léonard de Vinci, découvrez l'article de Laëtitia Vitaud « La fin du siècle des experts : l’avènement des Léonards »

 

Afin d'enrichir le débat sur le switch & slash freelancing, nous avons interrogé pour vous des spécialistes du sujet autour de notre table ronde ! Voici leurs présentations :

📢 Thomas Burbidge a fait de la liberté dans le freelancing son domaine d'expertise. Il discute de ce sujet lors de son podcast Young, Wild & Freelance, avec de nombreux invités qui apportent leur vision du freelancing. Il crée également du contenu et des expériences pédagogiques pour les freelances, pour les faire gagner en indépendance !

📢 Laure Maunoury possède un parcours professionnel très élargi. Suite à une école d’ingénieur, elle a ensuite travaillé chez LVMH. Sa multipotentialité de "caméléon" l’a amenée à devenir coach, à s’intéresser à ce qui fait l’épanouissement au travail. Aujourd’hui mère de trois enfants, elle est aussi la directrice pédagogique de Switch Collective, une école qui propose un accompagnement collectif pour redonner du sens au travail.

Commençons par l'analyse de Thomas sur la structuration de son travail quand on est multipotentiel.

 

Structurer efficacement son travail de freelance quand on a plusieurs vocations, d'après Thomas Burbidge 🧢

Pour approcher d'une structure de travail qui fonctionne avec vos clients en multipotentiel, partons tout d'abord d'une interrogation. La question à se poser est "pourquoi nous impose-t-on en général de nous spécialiser ?". La raison pour laquelle on nous invite à être spécialiste, c'est parce que posséder une expertise unique est vecteur de confiance pour les clients. Avoir en face un expert, c'est se dire que sa spécialisation est le résultat de nombreuses années de travail, d'une passion unique et inconditionnelle d'un travail précis. Et c'est justement ce dont le client a besoin. Mais ce n'est pas la seule manière de développer la confiance avec votre client. Il faut donc se demander comment créer une relation de confiance sans passer par un statut d'hyperspécialisé.

Selon Thomas, il y a 2 approches pour proposer ses services de multipotentiel tout en développant une relation de confiance :

La première, c’est d'avoir plusieurs métiers au service d’un même client pour résoudre son problème. En utilisant l'ensemble de son éventail de compétences, on est en mesure de proposer un service sur mesure à ses clients. Pour que cela fonctionne, il faut être capable de relier les atomes crochus de ses compétences, de voir les synergies qui pourraient intéresser votre client. Vous pourrez ainsi proposer une offre "groupée" qui réponde à vos missions, sans compromis. Dans ce cadre, tout part de la demande du client. Vous devez analyser en profondeur ses besoins pour déceler comment répondre à chacun d'eux. En tant que multipotentiel, c'est l'opportunité de trouver les ressources nécessaires pour accompagner vos clients vers la réussite, et pourquoi pas aller plus loin que la demande initiale qui vous a été faite !

La deuxième approche consiste à avoir une activité professionnelle qui finance les autres activités “amateures". Exit la pensée uniquement tournée vers la productivité, le besoin de gagner toujours plus d'argent ! Avec cette formule, l'objectif est de définir une activité source qui va nourrir vos activités secondaires, que vous effectuez par passion et qui ne vous obligent à rien. Avoir certains métiers au service de certains clients, et générateurs de revenus, pour obtenir une liberté créatrice à côté sur d'autres activités.

L'exemple donné par Thomas est très parlant. La photographie est une activité qu'il pratique par passion, et sans pression. Il ne souhaite pas devenir photographe professionnel avec toutes les contraintes engendrées par ce métier. Par contre, rien ne l'empêche de rajouter dans l'une de ses prestations ses qualités en photographie, et d'en tirer un revenu. Cela n'arrivera que si l'occasion se présente, aucune obligation de résultat n'est alors attendue.

 

Faire une force de sa multipotentialité en tant que freelance 🛠️

Être dans un marché de niche pour trouver ses clients est une recommandation que l'on peut souvent entendre. En se spécialisant, on va finalement pouvoir rentrer dans une "case", celle que le client attend pour pouvoir faire appel à vous. Mais finalement, si l'on prenait le problème inverse ?

Si l'on partait de la personne que l'on est, nos affinités, nos goûts, nos talents pour construire son activité professionnelle ? Cela existe, c'est le principe même de la "Passion Economy".

 

L'illustration de la Passion Economy : l'exemple de la surfeuse 🏄‍♀️

Nous sommes tous uniques. L'objectif est de faire de notre activité professionnelle une traduction de cette unicité. Aucune concurrence ne peut rentrer sous cette condition, car on va s'appuyer sur nos compétences, expériences et passions propres.

Voici un exemple pour illustrer la Passion Economy. Une personne coachée par Thomas est passionnée par le surf et l'océan. Graphiste de formation, elle voulait d'abord se contraindre à plusieurs métiers qui emboiteraient naturellement le pas depuis sa formation initiale. Dans sa tête, cette voie était presque obligatoire, à force d'impositions par son école et ses pairs. Cependant, à un moment donné, elle s'est mise à réfléchir sur le sens de ce chemin tracé d'avance pour elle. Ne pouvant se détacher de sa passion, elle décide alors de l'inclure dans son travail. Faisant partie de son identité, elle se spécialise dans la communication uniquement dédiée aux entreprises qui travaillent dans le secteur du surf et de l'océan. C'est le succès immédiat ! Parler le même langage que ses clients, se comprendre, avancer dans la même direction avec une relation sincère et forte. Voici un très fort vecteur de confiance qui apporte une réelle force à ce qui nous constitue. L'humain passe alors au premier plan, devant la compétence !

Pour prendre cette décision de changer de cap et de travailler avec sa passion, il faut d'abord penser à la manière dont on va réussir sa reconversion. C'est l'enjeu du switch freelancing !

 

Le switch freelancing, ou comment réussir une bonne reconversion professionnelle !

Lorque l'on utilise le terme de "reconversion", il faut bien comprendre que ce n'est pas la même chose que le terme "recommencer". Quand on se lance dans une nouvelle activité, on ne part pas de zéro. C'est une croyance commune de penser que l'on doit faire table rase de tout ce qui est passé, ce qui serait le meilleur moyen de se sentir submergé dès le départ. Dans le cas du switch freelancing, parlons plutôt de transition. Il faut raisonner en termes d' "effet de levier” pour préparer la suite. Vos expériences précédentes vous ont apporté des savoir-faire, des méthodologies mais également des choses plus concrètes comme une cible potentielle ou un produit intéressant.

On ne soupçonne pas toujours les apprentissages que l'on a pu retirer de ses expériences passées. Il faut prendre le temps de réfléchir sur ce qui peut devenir une force lorsque l'on se reconvertit, et ne pas hésiter à utiliser ces atouts, qui sont des gages de confiance envers les futurs clients. L'objectif est alors de transformer ce qui a été fait en ressource pour l'avenir. Pour cela, Thomas conseille de documenter tout ce que l'on fait, d'archiver ses activités pour pouvoir raconter plus tard une histoire.

En parlant de storytelling pour faire sa promotion, le prochain Café Freelance aura lieu le 30 Avril avec pour thème le personal branding ! Vous pouvez déjà bloquer la date sur votre agenda 😉

Pour aller plus loin sur le switch freelancing, nous avons souhaité interroger l'école de référence en amtière de reconversion professionnelle : Switch Collective. Laure Maunoury, directrice pédagogique du programme, nous explique comment réussir son switch.

 

Les difficultés que peut rencontrer un freelance multipotentiel pour structurer ses offres selon Laure Maunoury 🔎

Chez Switch Collective, il est constaté que plus de 50% des personnes qui viennent pour trouver leur reconversion ont un profil de slasheur. Pourquoi ces profils ont-ils du mal à trouver précisément leur voie ? Laure nous explique que des comportements particuliers sont visibles et permettent d'analyser comment apporter les bonnes solutions.

La première difficulté pour eux est d’accepter le mode de fonctionnement du slasheur. Généralement, on aura tendance à proposer uniquement les services sur lesquels on est expert : on a une certification qui peut le prouver, plusieurs années de projets avec ces compétences, etc. Quand on est multiple, que ses compétences sont diversifiées, comme on ne rentre pas dans une case, on peut penser renvoyer l'image de ne pas être à la hauteur.

La seconde difficulté, c'est de parvenir à faire valoir ses compétences auprès des clients. Si l'on ne prépare pas ses entretiens correctement, il peut arriver d'être mal considéré par les entreprises. Des images négatives peuvent être associées au slashing (touche-à-tout mais expert en rien, papillonneur, ...). Il faut donc bien veiller à adopter un argumentaire solide. La valorisation de la maîtrise spécialisée emmène souvent par opposition à dénigrer l'idée du slashing. Cela conduit à une perte de confiance en soi qui développe le fameux "syndrome de l'imposteur".

La troisième difficulté est la gestion du temps. Qu'il s'agisse d'une organisation professionnelle ou personnelle, il faut se créer une organisation précise, ou du moins un environnement favorable, qui autorise les temps de travail mais aussi des temps de repos nécessaire. Si on veut travailler sur tous les domaines à plein temps, on risque de s’éparpiller et d'avoir des difficultés à gérer son temps, ce qui peut conduire à se fatiguer, voire s'épuiser au travail. L'objectif étant un épanouissement professionnel, il faut éviter à tout prix ce cercle vicieux !

 

Comment gagner en confiance en soi, puis transmettre cette assurance lorsque l'on ne se sent pas légitime ?

Quand on est multipotentiel, on lutte davantage avec le syndrome de l’imposteur : quand on est expert en rien, on se sent imposteur sur tout. Il faut travailler sur cet aspect à double tranchant. Comment acquérir une confiance en ses capacités suffisante pour pouvoir capitaliser dessus ?

Voici deux astuces pour vous aider à dépasser vos peurs, grâce à vos effets de leviers :

  • Travaillez tout d'abord votre singularité. Qu'est-ce-qui fait de vous quelqu'un d'unique ? Pour le découvrir, une bonne idée consiste à lister l'ensemble de vos capacités sur papier. En voyant l'étendue de ce que vous savez faire, vous augmentez votre confiance en vous et vous vous sentez capable. Il faut ensuite décider de ce qui peut être capitalisé pour être déployé à travers une transversalité dans son travail. Le conseil est de sélectionner 5 aptitudes, qui se combinent bien professionnellement, pour créer un mix constituant la pépite que vous allez proposer à vos clients. L'étape suivante est de réfléchir à comment rendre ses compétences transversales. Le point fort du multipotentiel est de pouvoir jongler entre ses différents atouts et d'adapter ses forces à la mission qui lui est proposée. Les synergies possibles entre les compétences deviennent des sources d'innovations, la garantie d'un projet aux résultats uniques.
  • Rendez votre profil atypique visible et percutant. À travers un puissant storytelling, vous avez tout intérêt à dégager un fil conducteur qui embarque vos clients dans votre singularité. Quelle histoire pouvez-vous raconter, qui va dégager vos forces et faire de vous un atout indispensable pour les projets de vos clients ?

 

Quel conseil à un freelance multipotentiel pour trouver l’épanouissement ?

S'il ne fallait choisir qu'un seul conseil, créer le bon environnement (au sens large) dans lequel on travaille est l'enjeu qui permet de s'épanouir dans la durée. Sous couvert d’avoir du temps et d’être “libres”, les freelances font finalement souvent des choses qu’ils n’ont pas forcément vraiment choisies. Quand on n’a pas les cadres du salariat, on risque davantage l’éparpillement, l’épuisement, le burn-out. Comme on ne nous indique pas quand on peut travailler et quand prendre des pauses, on peut être amené à travailler tout le temps, sans jamais s'arrêter. Cela conduit à terme à un épuisement qui crée un déséquilibre dans notre vie.

Il est donc essentiel de garder du temps pour soi, d’être plus à l’écoute de soi. Quand il n’y a pas de cadre avec des horaires, le cadre à s'imposer, c’est de déterminer le temps pour faire et le temps pour ne rien faire.

 

En conclusion : les 3 grandes idées à retenir par Laëtitia Vitaud 💡

  1. Travaillez votre confiance en vous pour la transmettre à vos clients ! Votre multipotentialité est une force, utilisez là à bon escient !
  2. Utilisez vos effets de leviers. Vous pouvez capitaliser sur vos expériences passées, les compétences que vous avez développées au fil de vos missions. Quand on décide de switcher, on ne repart pas de zéro mais on redirige ses atouts différemment.
  3. Pour ne pas vous sentir débordé au quotidien, et malgré l'absence d'un emploi du temps fixe, pensez également à prendre du temps pour vous. Dans la course effrénée de votre quotidien, accordez vous des pauses qui vous permettront de vous épanouir dans votre cadre privé comme professionnel.

 

L'outil du freelance : mieux gérer son temps avec Toggl Track quand on est freelance ?

Pour vous aider à gérer votre temps, nous souhaitons vous recommander un outil professionnel. Nous ne sommes pas sponsorisés par Toggl, mais dans l'optique d'apporter des solutions pratiques à la communauté Coworkees, il nous paraît pertinent de vous parler des outils qui peuvent vous aider dans votre quotidien de freelance.

Toggl Track est un tracker en ligne qui vous permet de calculer le temps réel que vous passez à travailler pour vos différents clients ou à réaliser différentes tâches précises. Vous avez pu le voir avec Thomas et Laure, la gestion du temps est un des freins importants pour les multipotentiels. Notamment pour savoir comment facturer à votre client et éviter la dispersion. Avec cet outil, vous pouvez lancer un chronomètre pour le temps que vous passez spécifiquement sur chaque client. Vous pouvez consulter à tout moment le bilan du temps passé par tâche à la journée, semaine, au mois, etc.

L'utilisation de Toggl Track est pertinente pour deux raisons principales :

  • Si vous êtes curieux du temps réel passé pour un client, cela vous permettra de définir vos taux horaires au plus proche de la réalité. D'ailleurs, si vous souhaitez en apprendre plus sur la gestion de votre TJM, nous vous invitons à consulter notre précédent article sur le sujet !
  • Si vous voulez mieux cadrer votre travail, en vous imposant un temps maximum par tâche ou client. Vous mettez en place des alertes qui vous indiquent de passer au projet suivant.

C'est un outil gratuit. Il est proposé en anglais, mais son utilisation est très abordables. Petit bonus : des extensions sont disponibles sur tous les navigateurs pour traquer votre temps sur des sites en particulier ou les réseaux sociaux. Vous pouvez ainsi attester auprès de vos clients du temps passé à travailler sur leur projet.

Pour utiliser Toggl Track, retrouvez l'outil sur leur site internet !

-----

L'avis de nos chers freelances sur la multipotentialité 💎 Un slasheur sachant slasher !

Nouvelle rubrique dans cet article ! Pendant le Café Freelance, nous avons proposé un sondage aux nombreux participants pour connaître leurs avis sur la multipotentialité. Découvrez sans tarder les réponses.

  • Connaissez-vous le terme "Slasheur" ?
    → Oui 65% 
    → Non 35%
  • Vous utilisez plutôt le terme :
    → Slasheur 46,3% 
    → Multipotentiel 53,7%
  • Depuis combien de temps exercez-vous en freelance ?
    → Moins d'un an 30,6% 
    → 1 à 3 ans 37,1 % 
    → 3 à 5 ans 22,6% 
    → Je veux me lancer bientôt 9,7%
  • En tant que freelance, avez-vous plusieurs activités ?
    → Oui  71,7%
    → Non  28,3%
  • Si oui, combien en avez-vous ?
    → 2  40,5% 
    → 3  31 % 
    → 4  21,4%
    → 5 et +  7,1%
  • En tant que slasheur, arrivez-vous à organiser facilement votre temps entre vos différentes activités ?

→ Oui 62,2% 
→ Non 37,8%

  • Est-ce que vous utilisez un outil pour organiser votre temps de travail ?

→ Oui 31,6% (Toggl Track, Focus,  timer manuel, etc.)
→ Non 68,4%

----

Pour parler de multipotentialité, vous êtes les plus à même de nous donner votre ressenti et vos tips pour réussir ! Nous avons donné la parole à Claire Sanchez, slasheuse freelance de notre communauté, pour nous expliquer son parcours atypique. Comment a-t-elle réussi son switch freelancing ? Découvrez comment sa multipotentialité est devenue une force pour ses différents métiers ! Sa présentation est disponible ici.

 

Le sujet du switch et slash est au cœur des évolutions du marché du freelancing. Que vous soyez hyperspécialisé ou slasheur, l'important est de trouver votre voie et de vous épanouir pleinement dans votre quotidien. L'avantage d'être indépendant, c'est que rien ne vous empêche d'évoluer en permanence, de vous adapter, d'essayer différentes voies et au besoin de vous reconvertir.

Nous espérons que cet article vous aura permis d'y voir plus clair sur les solutions dont vous disposez pour définir clairement votre identité professionnelle. Vous êtes désormais prêt à relever de nouveaux défis 🚀 ! Si vous avez raté l'édition précédente sur la définition de vos tarifs, vous pouvez retrouver l'article dédié sur le sujet.

 

Quels sont les prochains sujets dont vous aimeriez que l'on parle lors des prochains Cafés Freelance. Votre avis nous intéresse, dites-le-nous dans les commentaires !

 

Pour ne rater aucun futur événement, rejoignez-nous sur les réseaux sociaux et découvrez les thématiques en avance !
Instagram : @ cafefreelance_[Nomdevotreville] et sur Coworkees
Facebook : Café Freelance by Coworkees [Nomdevotreville] et sur Coworkees
Linkedin : https://bit.ly/3we5Jq8

 

L'équipe Coworkees