Vos projets digitaux méritent une équipe sur mesure. Vos projets digitaux méritent une équipe sur mesure.

Vos projets digitaux méritent une équipe sur mesure.

Composez-la facilement grâce à notre plateforme innovante de matchmaking et de suivi de projets. Plus de 32000 experts freelances sont disponibles pour travailler en remote ou en régie.

Vous avez un projet digital ?

Travailler avec des experts indépendants n’a jamais été si simple !

  • Confiez-nous votre brief via notre formulaire
  • Notre équipe vous recontacte en 2H pour qualifier votre besoin
  • Recevez en moins de 72H des offres sur mesure venant de freelances, de collectifs de freelances ou d’équipes (studio digital) composées spécialement pour vous avec les meilleurs experts pour votre projet.
  • Coworkees assure vos projets et leurs suivis sont facilités par notre outil de gestion de projet en ligne !
Création de contenu
Publicité
Création de site web ou d'application
Définition de stratégie digitale
Image de marque / branding
Shooting photo
Création de vidéo
Rédaction web
Gestion des réseaux sociaux

Ensemble réinventons l’agence de communication

Marre de dépenser des millions dans vos campagnes de pub, vos créations de contenu ou refonte de sites web pour un résultat qui ressemble à celui de votre voisin ?

Reprenez la maîtrise de vos projets digitaux grâce à Coworkees et ses freelances !

  • Confiez votre brief à la matchine
  • Sélectionnez les compétences dont vous avez besoin ou créez votre équipe sur mesure
  • Suivez vos projets on-line

Cerise sur le gâteau : Bonne nouvelle, on a automatisé toutes les tâches administratives, comptables et légales. Travailler avec des freelances n’a jamais été aussi facile !

En savoir plus

Les talents

Tous les talents
Tous les talents

Les réalisations de nos freelances

Besoin d'inspiration pour vos projets ? Découvrez les réalisations de nos freelances et repérez vos futurs talents indépendants !

Coworkees invente le matchmaking professionnel par affinités

Avec Coworkees vous pouvez identifier facilement les softs skills de vos freelances

Le savoir être :

- Chaque freelance passe un test de savoir être lui donnant une notation sur 3 critères (gestion du stress, intelligence émotionnelle et intelligence relationnelle)

La matchine :

- Nous avons developpé un algorythme unique et innovant capable de sélectionner pour vous les 5 profils correspondants le plus à vos attentes en fonction de vos propres critères de recherche (compétences, géolocalisation, niveau d’expertise, savoir-être …)

Découvrez l’équipe Coworkees

Qui sommes-nous ?

Coworkees est partenaire de votre transformation digitale et managériale. Notre équipe de passionnés vous accompagne dans la définition de vos projets, la rédaction de vos briefs, la recherche de talents et le suivi de vos ressources externes.

Le blog Coworkees

Découvrir le blog

Nomadisme : quand freelance rime avec liberté !

Métro, boulot, dodo, très peu pour vous ? On vous comprend !Quand on est freelance, on a la chance de pouvoir se créer un quotidien de travail qui nous ressemble. Flexibilité des horaires, du temps privé/professionnel... mais également de notre lieu de travail ! Ça tombe bien, aujourd'hui nous allons parler de digital nomadisme 🚎 !Qu'est ce que c'est ?Il existe différentes formes de nomadisme. Il n'y a pas de définition officielle et chacun peut l’interpréter à sa manière. Pour nous approcher de ce concept, nous pouvons dire qu'il s'agit de personnes qui décident d'exercer leur activité dans un lieu de travail qui n'est pas fixe, qui peut évoluer, être périodique, et à différentes échelles (changer de lieu de sa ville, au national, à l'étranger,...).Nous avons demandé à nos experts des transformations du Future Of Work ce qu'ils pensaient de cette nouvelle tendance. Vous trouverez en haut de cet article la vidéo du Café Freelance dédié au sujet, qui s'est déroulé le jeudi 24 juin. Si vous préférez le format audio, le replay est également disponible sur Spotify, Google Podcast et Apple Podcast 🎧 ! Merci à tous les participants qui ont permis d'enrichir le débat grâce au Chat ! Cet article vous propose d'approfondir la réflexion sur le concept de digital nomade. Découvrez l'édito de Laëtitia Vitaud sur les différentes formes de Nomadisme, ainsi que les conseils de nos invités exceptionnels sur les enjeux du nomadisme : Samuel Durand et Margaux Roux. Samuel Durand a voyagé à travers plus de 10 pays pour y découvrir les méthodes de fonctionnement du travail qui s'y exerçent ! De retour avec un documentaire sur le sujet, "Work in Progress", il cherche à rapporter ces nouvelles manières de considérer le travail et ces méthodologies en France. Profitez de sa vision éclairée sur le Future Of Work pour en apprendre plus sur le digital nomadisme et les possibilités qu'offre ce mode de vie ! Margaux Roux est adepte de la Nomad Life depuis + de 5 ans, profitez de ses nombreux conseils pour apprendre comment gérer le quotidien de digital nomade freelance ! C'est une indépendante aux multiples casquettes : Chargée de communication pour la start-up engagée Chacun Son Café, Fondatrice du collectif de freelance Le Hub Nomade et Coach pour les appétants digital nomads. Ayant refusé le statu quo du "métro-boulot-dodo", elle se définit comme une exploratrice des « futurs souhaitables ».Le digital nomadisme a beaucoup évolué, mais aujourd'hui concrètement, qu'est ce que c'est ? Nous avons posé la question à Laëtitia Vitaud ! La vision moderne du digital nomadisme 🚀, par Laëtitia VitaudLe concept de “digital nomade” est très récent, il est apparu il y a une dizaine d'années comme une révolution. Il qualifiait alors ces travailleurs souvent freelances, libres de travailler où ils voulaient, de préférence dans un endroit paradisiaque. Ce mode de vie, très éloigné de la conception classique du travail en France, a fait rêver toute une génération d’actifs. De prime abord, il semblait réservé à une petite partie de travailleurs dans l’économie numérique, indépendants, privilégiés, célibataires, jeunes et sans attaches. Mais aujourd'hui, cette conception s'est largement transformée.Le digital nomadisme a maintenant mille visages, il s’est largement démocratisé ! Il n'y a plus besoin d'avoir des compétences spécifiques, d'aller à l'autre bout du monde ou encore de ne pas avoir de vie de famille pour être considéré comme nomade.D'ailleurs, la pandémie liée au Covid-19 en est bien la preuve : les quelques 30 à 40% d’actifs susceptibles de télétravailler ont profité des confinements pour prouver qu’il n ’était pas forcément nécessaire qu’ils se rendent au bureau tous les jours.Des centaines de milliers de foyers ont profité de la période pour installer un meilleur espace de travail à domicile. Beaucoup ont déménagé en pariant sur plus de flexibilité au travail. Quant aux freelances déjà nomades, ils ont expérimenté des formes de nomadisme différentes : plutôt le Portugal que Bali, et plutôt quelques mois sur place que quelques semaines. Le slow remplace le fast, le “local” fait concurrence à l’exotique. Ce qui compte : la liberté d’organiser son travail où et quand on veut.Laëtitia ne s'est jamais totalement identifiée au mouvement des digital nomades, malgré sa grande passion pour la liberté de travailler où et quand elle veut. Il y a plusieurs raisons : le nomadisme à l'étranger peut correspondre à emmener sa propre culture dans un autre pays, être "touriste" plutôt que voyageur et consommer des lieux exotiques au mépris des cultures locales et de l’environnement. La communauté de freelances nomades est très solidaire, mais il faut faire attention à ne pas s'enfermer dans un groupe assez fermé (il ne faut pas généraliser évidemment et les tendances évoluent rapidement). L’autre raison, c’est que relier nomadisme et vie de famille peut s'avérer complexe. Avec un conjoint et des enfants, le challenge semble d'autant plus important et la décision prend forcément une dimension familiale.Il ne faut pas confondre l’immigration et l’expatriation. Un expatrié va rester dans sa bulle, alors qu'un immigré va planter des racines localement, se frotter à l’altérité d’une autre culture et souvent d’une autre langue. La vision de l'immigration conduit à un modèle de vie que l'on appelle le Digital Settling, dont nous allons parler plus longuement à la suite de cet article.Attention toutefois, les digital nomades sont difficiles à rentrer dans une case, il y a autant de définitions de ce termes que de personnes qui se revendiquent comme nomades. Des nomades en famille, il y en a. Des nomades responsables et curieux des autres cultures aussi ! Entre immigrés et expatriés, il y en a pour tous les styles. Le digital nomadisme aujourd’hui, c’est surtout la revendication de la liberté au travail et un état d’esprit.Partons à la découverte de l'une de ces digitales nomades. Depuis plus de 5 ans, Margaux Roux a décidé de vivre entre Bali et Paris et de s'affranchir des conditions de travail "classiques". Découvrons son parcours et sa vision du nomadisme.Le déclic de devenir digital nomad 🚐, avec Margaux RouxComme beaucoup de freelances, Margaux s'est rapidement sentie incapable de rentrer dans le moule du salariat. Ayant commencé son expérience professionnelle “classique” dans des grands groupes, le manque d'épanouissement et les contraintes salariales l'ont fortement découragés.Après une rupture conventionnelle, Margaux décide de faire un tour du monde de 8 mois, la concrétisation d'un des rêves de sa vie ! Parmi ces destinations, l'une d'elles retient son attention : Bali ! Ce qui la décide à devenir nomade : la liberté pour organiser son quotidien, et éviter à tout prix la "vie de bureau". En juin 2019, elle décide de créer le collectif Hub nomade, qui regroupe aujourd'hui plus de 60 nomades français à travers le monde. Son objectif : permettre aux nomades qui partagent les mêmes valeurs de se rencontrer, d'échanger, de travailler ensemble ! Les résultats, ce sont la création d'espaces de coliving, des échanges de conseils, de la transmission de clients, et plus encore.Pour garder une trace de son parcours dans le monde du salariat, qui fait partie de la professionnelle qu'elle est devenue, Margaux a décidé de documenter sa transition professionnelle.“Jamais de la vie je ne me résignerai comme le font tant de gens au travail”.Elle a ainsi pu développer une offre de coaching, pour inspirer les autres à se lancer dans l'aventure du digital nomadisme ! Retrouvez d'ailleurs ses réflexions et son travail sur : https://margauxroux.fr/ La "différence" entre nomades et settlersLe digital nomadisme se transforme énormément depuis 10 ans. Nous avons tous en tête l'image cliché du digital nomade au bord de la plage sous les cocotiers, mais on oublie souvent le freelance nomade qui voyage à l'intérieur même de son pays. Il ne faut pas oublier tous les formats hybrides, car chacun s'approprie sa propre version du nomadisme.Nous pouvons faire la distinction entre deux modes de voyage : le fast-travelling et le slow-travelling. Le premier change plus régulièrement de destinations et vit son quotidien en mode "voyageur" (pas forcément de logement fixe, son bureau peut être différent chaque jour...). Le slow traveller, au contraire, va prendre le temps d'intégrer la culture du lieu qu'il investi. Il pose ses valises dans un endroit fixe et peut rester jusqu'à plusieurs années, car il a besoin d'un environnement plus stable et d'un lieu de travail régulier. Cela ne l'empêche pas d'être mobile et de passer la moitié de sa vie ailleurs !Margaux est à la fois digitale nomade et digitale settler, elle a voyagé ces 6 derniers mois dans 3 pays différents. Il s'agit d'une question d'envie, de besoins et d'opportunités à saisir. Une remise en question à cause de la pandémie 🤔 ?On ne va pas se le cacher, le monde n’est plus le terrain de jeu qu’il était pour les nomades depuis que la pandémie est intervenue dans nos vies. Certains nomades qui avaient décidé des plans de voyage ont dû revoir leurs itinéraires en fonction des restrictions de déplacement qui se sont opérées. Il y a eu des reports, des annulations, voire des retours à une sédentarisation forcée. Revenir de digital nomade à digital settler s'est en effet imposé pour de nombreux voyageurs, qui ont posé leur bagage dans un lieu fixe, le temps de laisser passer la crise sanitaire. Les destinations se sont également transformées. On observe que les nomades vont voyager moins loin depuis la France ou la Suisse, rester en Europe plutôt que de s'expatrier à l'autre bout de la planète.D'un autre côté, de nombreux professionnels (non-nomades) ont profité du confinement pour aller vivre ailleurs, le temps de la pandémie. Cela a déclenché chez eux une envie de voyager et de changer en profondeur leur manière de travailler. Les entreprises ont pris l'habitude de travailler en remote et utilisent plus facilement les outils de visioconférence pour échanger sur des projets. C'est une aubaine pour les freelances et les salariés qui peuvent travailler depuis n'importe où... pour peu qu'il y ait une bonne connexion internet ! Organiser efficacement son travail avec ses clientsPour pouvoir être digital nomade, il faut avant tout une bonne organisation et avoir une certaine rigueur. En amont, il est nécessaire de se mettre d'accord sur les méthodes de travail avec son employeur. C'est pourquoi, dans la majorité des cas, si l'on a un client en tant que freelance, on va le prévenir que l'on est nomade.Il vaut mieux ne pas se précipiter car le nomadisme apporte un important brouillage des repères. Il demande un temps d'adaptation. Il faut également distinguer voyage "touristique" et le voyage-travail. Le rapport au temps n'est pas le même, et l'organisation est très différente. Il faut être sûr de trouver une connexion internet stable pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions. La préconisation de Margaux, c'est de devenir nomade petit à petit, pour apprendre à apprivoiser ce quotidien de vie assez particulier et éviter de s'engager directement à 100% dans la démarche.Le digital nomadisme possède donc un certain nombre de contraintes qu'il ne faut pas négliger. Dans ce cas, le modèle du digital settling est il plus souple ? Nous avons posé la question à Samuel Durand. Liberté et mode de vie 🔥, avec Samuel DurandSamuel Durand nous fait part de son expérience personnelle sur son mode de vie. Il ne se considère pas comme un digital nomade mais plutôt comme un digital settler "flexible". Sa vie oscille entre workation (travailler et voyager en même temps) en ce moment au Portugal, sa vie à Lyon et son travail à Paris, sans compter les voyages pour réaliser ses documentaires partout en Europe. Ce mode de vie endiablé est contrebalancé par un besoin d'avoir des racines, un lieu de travail pour le deep work bien défini, avec des repères. Chaque année, il voyage plusieurs mois tout en conservant sa résidence principale en France.Pour réussir ce pari de travailler partout à la fois, le rythme qu'il applique est d'être hyperactif quelques jours dans les différents lieux où il travaille, et se concentrer sur le deep work chez lui le reste du temps. Il adopte un rythme de nomade tout en conservant un lieu de vie régulier.Ce mode de vie est plus facile à adopter pour la vie de nombreux freelances. Il permet d'avoir les avantages de voyager, de découvrir de nouveaux lieux en conservant la sécurité et le confort d'un cocon plus personnel. Le nomadisme, entre image perçue et réalitéDans son documentaire Work in Progress, Samuel a eu l'opportunité d'interviewer Lauren, salariée digitale nomade depuis plusieurs années. Très investie sur Instagram, son nomadisme est devenu sa marque de fabrique. Très suivie sur les réseaux sociaux, c'est une personne qui a besoin de voyager en permanence pour se sentir libre et elle-même.Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que les nomades comme Lauren sont une toute petite minorité parmi les digital nomades. Le quotidien de vie a l'air incroyable et enviable, mais en réalité, il nécessite de tenir un rythme démesuré et très difficile à tenir sur du long terme. En plus, il faut une certaine base financière pour payer les voyages, ce que Lauren peut se permettre car elle est salariée d'une boîte américaine et a une grande sécurité financière. Lauren est une influenceuse, une bloggueuse, elle fait partie des digital nomades très médiatisés. Tous les digitals nomads ne sont pas dans cette catégorie, ils peuvent être une source d'inspiration importante mais c'est une catégorie de voyageurs à part entière.Dans Work In Progress, Lauren décrit son quotidien et tous ses avantages. Mais en off, Samuel a également eu l'occasion de parler avec elle des inconvénients de ce type de vie.Il y a 3 limites qui peuvent se confronter à la vie de digital nomade.Tout d'abord, on peut ressentir une grande solitude qui découle du manque d'attache. La vie est faite de rencontres et de moments mais il devient plus difficile de concrétiser des projets, des amitiés.Ensuite, chaque changement de lieu demande un temps d'adaptation. Qu'il s'agisse de comprendre les coutumes locales, la langue, le comportement de la société et le travail, il faut du temps pour assimiler toutes les différences avec notre culture personnelle. C'est d'ailleurs ce qui fait la différence entre nomades et settlers, et cette notion d'immigration VS expatriation dont parle Laëtitia dans l'édito de cet article.Pour finir, le voyage est souvent considéré comme un moment hors du temps, une respiration et une découverte. A force d'être en voyage en permanence, la lassitude peut s'emparer des nomades. Dans ce cas, difficile de conserver son émerveillement des premiers voyages. Il y a même un phénomène d'accoutumance : on perd le goût de l'exotique et il faut aller toujours plus loin dans l'extraordinaire pour rester positif.C'est là que le Future Of Work a un véritable rôle à jouer. Il permet de trouver des approches plus hybrides du nomadisme. On peut par exemple ralentir le rythme de son voyage, ou le faire varier. Être en voyage plusieurs mois de l'année puis se fixer sur un lieu quelques temps avant de repartir. Cela permet de garder un oeil émerveillé sur le voyage mais aussi de profiter des joies de la routine. Les métiers saisonniers, précurseurs du digital nomadisme ? Il existe différents secteurs qui expérimentent déjà à leur manière le nomadisme et la saisonnalité d'un métier. On peut prendre l'exemple du tourisme, des activités en montagne ou à la plage, etc.Les personnes qui travaillent dans ces conditions ont souvent un rythme variable entre travail en mi saison, temps de repos et de voyage. C'est un rythme de slasheur, forme de travail que nous avons vu récemment lors d'un précédent Café Freelance !Certains métiers s'enrichissent aussi par le biais de nomadisme. Samuel a l'exemple d'une cheffe cuisinière qui voyage beaucoup et qui enrichit sa palette de recettes et de techniques lors de chacun de ses voyages.Il y a beaucoup de professionnels qui ont plusieurs passions, le fait d'être nomade permet de travailler dans plusieurs contextes différents la même année, ce qui les épanouit et est très enrichissant pour eux. Le nomadisme est une force dans sa carrière professionnelle !Les points clés à retenir 💡Il y a une différence entre settlers et nomade, mais aujourd'hui tous ces concepts peuvent se confondre et surtout on peut passer de l'un à l'autre si l'on met en place la bonne organisation.Ce qui caractérise le nomadisme est une hybridation de toutes ces formesDes métiers sédentaires se sont nomadisésIl faut garder en tête que vivre en tant que nomade L'expérience de la Vanlife : vivre le nomadisme dans son camion aménagéLorsque l'on est digital nomade, on peut vivre au quotidien dans des lieux trés différents. Dans des espaces de coliving, des auberges de jeunesses, des hotels, chez nos connaissances, etc. Léa et Thomas ont décidé de vivre l'expérience à travers la Vanlife, en aménageant un camion pour avoir une "maison mobile" et se déplacer comme ils le veulent. À travers notre célèbre #Pitchworkees, Léa a eu le challenge de présenter en 5 minutes son quotidien de freelance de la vanlife ! Pour en apprendre plus, nous avons réalisé un article dédié à sa présentation.Découvrez-le sans tarder pour en apprendre plus sur ce mode de vie alternatif, ses forces mais aussi ses limites 👉 https://www.coworkees.com/blog/19075/ Que pensez vous du nomadisme ? C'est la question que l'on vous a posée à l'occasion de notre Café Freelance ! Voici les données clés à retenir :72% des personnes interrogées considèrent que l'on est déjà nomade à partir du moment où l'on change régulièrement de villes au sein du même pays. Parmi eux, 20% disent même que l'on est nomade quand on change régulièrement de lieux au sein de la même ville !64% profiteraient du statut de freelance nomade pour faire la promotion de leur activité auprès de leurs clients. Être nomade peut donc vous permettre de communiquer sur vos valeurs et votre marque personnelle pour toucher vos clients !81,5% d'entre vous choisiraient de devenir digital nomade s'il en avait l'opportunité. Alors n'hésitez plus et lancez-vous ! Réponses aux questions du tchat❓ Les workations, c'est top ! Mais comment faire niveau logement, quand on a déjà un logement en France ?✅ Laëtitia Vitaud : Soit c'est un coût en plus (un peu comme des vacances), soit quand on est dans une communauté de nomades, il y a plein d'options (échange de logements), soit on propose en Airbnb son logement pendant que l'on part.✅ Samuel Durand : Pour ma part, quand je pars seulement une semaine, mon logement reste vide et c'est un coût en plus, si c'est plus longtemps (comme cet été, deux mois) je sous-loue. Sinon comme l'a dit Laëtitia, je fais des échange de logements, airbnb, office riders ❓ Selon vous, peut-on négocier un 100% télétravail avec son employeur dans le cadre d'un salariat alors qu'en France les entreprises sont plus rigides (par rapport aux Etats unis par exemple) ?✅ Laëtitia Vitaud : Le télétravail à 100% commence à se banaliser même en France ! Certains employeurs américains ne sont pas aussi souples et flexibles qu'on l'imagine. Mais au fil des mois à venir, les employeurs vont se résoudre à accepter des demandes qu'ils n'auraient pas imaginé accepter il y a quelques années... car beaucoup de gens démissionnent et démissionneront (parmi ceux qui ont des alternatives professionnelles, notamment se mettre à son compte).✅ Samuel Durand : Je ne suis pas sûr que le rythme à 100% télétravail convienne à tout le monde, il faut le tester quelque temps déjà pour s'en assurer. Mais si c'est validé de ce côté là il n'y a aucune raison pour que l'employeur soit un frein à cette décision. On peut tout à fait négocier un 100% télétravail, même en France, tout dépend de son entreprise. Si elle refuse, il en existe des milliers d'autres qui seront ravies de compter sur vos services et sauront proposer un environnement flexible.--- Le freelancing permet aux indépendants de travailler avec plus de flexibilité. Le nomadisme s'adapte particulièrement bien à ce statut, il vous permet de voyager tout en travaillant. Pour peu que vous soyez organisé et adaptable, il est tout à fait possible de devenir Digital Nomade !On se retrouve le 26 Septembre pour notre prochaine édition. Tout ce que l'on peut vous dire, c'est que l'on vous prépare une très grosse surprise pour la rentrée ! Cela devrait vous plaire, une idée de ce que cela pourrait être ? Dites-le nous dans les commentaires 💬 On se retrouve sur les réseaux ?Rejoignez la communauté des Cafés Freelance sur les réseaux pour recevoir toutes les informations en avance : le thème, les invités, les lives, et bien plus encore !Instagram : @cafefreelance_[Nomdevotreville] et sur CoworkeesFacebook : Café Freelance by Coworkees [Nomdevotreville] et sur CoworkeesLinkedin : https://bit.ly/3we5Jq8---Besoin d'être accompagné dans votre quotidien de freelance ? Coworkees est là pour vous aider ! Nos Tipsworkees vous apportent les clés pour réussir votre vie d'indépendant en toute sérénité ! C'est disponible sur notre playlist Youtube : https://bit.ly/3h1Qsn6L'équipe Coworkees

Adopter la Vanlife quand on est freelance nomade 🚐 #Pitchworkees

Quand on est digital nomade, notre organisation au quotidien peut prendre différentes formes. Il faut se poser les bonnes questions pour organiser au mieux son quotidien. Comment voyager à moindres frais ? Quel logement prendre ? Comment garder un certain confort de vie au quotidien ?Une des réponses possible, c'est de décider  d'expérimenter la Van life 🚐 ! De quoi s'agit il ? C'est une manière de travailler et de voyager en même temps, en prenant la route à bord d'un fourgon aménagé ou d'un van.C'est le choix qu'a fait Léa Boursin, accompagnée de son conjoint Thomas. Lançant son activité de Freelance en même temps que le road trip de digital nomade, Léa va dans ce #Pitchworkees nous raconter son lancement dans la Van Life, les conditions pour travailler, la différence entre projections et réalité... et bien plus encore !Découvrez sa présentation live en haut de cet article ⬆️ et le résumé de ses réflexions dans les lignes qui suivent ⬇️---Un démarrage sur les chapeaux de roue !Troquant la vie de sédentaires parisiens pour adopter la Van life depuis 2 ans avec son compagnon, Léa décide de partir sur les routes d'Europe pour voyager... tout en continuant de travailler ! Pour cela, elle ouvre avec son binôme l'agence Tut-Tûte, spécialisée dans la communication et le marketing.Devenir Freelance en même temps que partir sur les routes est  un double challenge. Rapidement, Léa développe un syndrôme de l'imposteur. Elle a plus de facilités à se vendre avec le nom de son ancienne agence que lorsqu'elle se "vend" directement elle-même.Pour se faire connaître, l'agence propose gratuitement ses services à des partenaires et marques appréciés par le duo, le temps de se constituer un porte-folio de qualité 💎. Trouver son organisation au quotidien 📅Pour réussir à travailler correctement, il a fallu agencer au mieux l'espace personnel de chacun. Même (et surtout) dans un espace de 6m², il faut trouver son "bureau" pour ne pas être l'un sur l'autre.Il est également nécessaire de trouver un rythme de travail, qui laisse de la place au travail, mais aussi au voyage. La planification des journées et semaines est obligatoire : travailler le matin et voyager l'après-midi pour réussir à jongler entre les deux. Malgré cela, difficile de déconnecter quand un client appelle Léa en pleine randonnée. Elle ne peut s'empêcher de répondre pour l'instant (priorité aux clients), mais travaille sur ce point pour bien différencier les deux moments de la journée.Bien sûr, rien ne s'est mis en place du jour au lendemain. Il faut apprendre à organiser et réadapter le quotidien en permanence jusqu'à trouver le bon équilibre. Les valeurs positives du nomadisme 🌱En voyageant, on se rend bien compte des impacts environnementaux que l'on peut avoir. La nature devient aussi notre maison, on va donc chercher à être éco-responsable pour la protéger. C'est ce que l'agence veut communiquer comme valeur. Être engagés, responsable, nomade, et le tout avec le sourire !Les clients qui se retrouvent dans ces valeurs sont rapidement arrivés. Mettant à profit la passion economy (on parle de ce concept dans un de nos anciens Café Freelance), il n'y a finalement pas eu besoin de faire du démarchage pour trouver de nouveaux clients, car ces valeurs communiquent déjà pour l'agence. Aujourd'hui, les clients de l'agence sont soit de nouveaux arrivants, qui se retrouvent dans les valeurs communes, soit les anciens clients de Léa lorsqu'elle travaillait sur Paris. Cela permet d'avoir des projets venants de domains très variés.Avec la pandémie, les entreprises se sont rendues compte qu'elles pouvaient travailler plus facilement à distance. Cela a été un moteur au développement de l'activité de l'agence, plutôt qu'un frein ! Et maintenant ?Aujourd'hui, Léa et son compagnon ont décidé de continuer de voyager mais aussi de se sédentariser une partie de l'année. C'est pour cela qu'ils ont concrétisé un de leur rêve qui est d'ouvrir un camping 🏕️ pour accueillir les autres freelances nomades de France. Le rythme ? 7 mois sur le camping, 5 mois en tant que digital nomades sur les routes ! Cet équilibre permet de conserver la magie du voyage tout en prenant le temps de se poser dans un endroit fixe une partie de l'annéee Lors de notre Café Freelance, Samuel Durand, expert du future of Work, nous parle d'ailleurs de cette manière de vivre entre nomadisme et sédentarité. S'il fallait donner UNE grosse contrainte pour vivre la Van Life, ça serait laquelle ?Sans aucun doute, il s'agit de la connexion internet ! On a beau entendre qu'il suffit d'un ordinateur et d'une bonne connexion internet pour travailler, cela n'est pas garanti n'importe où en voyage. Il faut parfois accepter de quitter un endroit paradisiaque pour pouvoir travailler dans un lieu avec un meilleur réseau internet. L'accord entre vos valeurs et vos clients vous a permi de bien construire votre activité, est-ce que cela va continuer dans ce sens ou vous allez ouvrir à d'autres clients ?Nous avons la chance que l'agence nous ait permis de rencontrer des personnes avec les mêmes valeurs que nous. Nous avons d'abord travaillé avec des partenaires au sein d'une association que nous avons créé, Road of Smiles, qui sont devenus des clients récurrent. Aujourd'hui, impossible de travailler pour des marques qui demanderaient une communication trop "institutionnelle" ou trop éloignées des valeurs de la marque. Les questions du Tchat à Léa 💬Comment faire pour trouver du travail en arrivant dans un nouveau lieu ?Notre astuce est de faire un dossier complet nous présentant, mettant en avant des anecdotes et qui nous sommes vraiment, le tout avec des photos sympas. En quelque sorte, c'est comme un dossier de presse ou média dans lequel on dit pourquoi nous choisir. Après, on y va au culot ! On se dit que les belles personnes attirent les belles personnes, et bien que nous ayons eu des portes fermées, nous avons toujours eu la chance d'obtenir des opportunités enrichissantes.Essaie t'on principalement de garder des anciens clients et de travailler en full télétravail quand on est digital nomade ?Notre volonté est de fidéliser nos clients lorsqu'ils ont un besoin sur du long terme... Sinon quand il s'agit de projets en "one shot", on aime laisser libre le client en lui donnant le maximum de clés en main pour qu'il soit autonome. Et bien souvent, le fait de le laisser voguer de ses propres ailes fait qu'il revient avec d'autres besoins vu qu'il s'est senti en confiance. Sinon effectivement c'est "full" télétravail pour nous, à part quand nous voyageons en France et que nous en profitons pour voir ou revoir nos clients.---Vous voulez en savoir plus sur la vie de digital nomade ? On a consacré un article entier au sujet, qui reprend le Café Freelance du 24 Juin ! Vous pouvez le consulter 👉 en cliquant ici.Et pour découvrir les précédents #Pitchworkees, rendez-vous sur 👉 notre chaîne YoutubeÀ très vite pour d'autres témoignages de freelances !L'équipe Coworkees.

Freelance & Nomadisme, et si c'était possible ?

Le jeudi 24 juin, le Café Freelance se place sous le signe de la liberté !Autour de la thématique "Nomadisme : quand freelance rime avec liberté", venez participer au dernier événement, avant le break de l'été, sur un sujet qui sent bon l'indépendance ! Et si l'on considérait de nouvelles manières de travailler ?Inscris-toi rapidement à ce super événement 👉 Je serai là le jeudi 24 juin !Nos invités ont du talent !On vous a encore réuni des invités exceptionnels, ils sont passionnés et adeptes du digital nomadisme, ce sont même des pionniers dans le domaine ! Nous avons la chance d'accueillir Samuel Durand et Margaux Roux pour notre table ronde, ainsi que Léa Boursin lors de notre #Pitchworkees ! Et bien entendu, retrouvez l'édito de Laëtitia Vitaud sur les opportunités des méthodes alternatives de travailler, le nomadisme en tête !Samuel Durand a voyagé à travers plus de 10 pays pour y découvrir les méthodes de fonctionnement du travail qui s'y exerçaient ! De retour avec un documentaire sur le sujet, "Work in Progress", il cherche à rapporter ces nouvelles manières de considérer le travail et ces méthodologies en France. Profitez de sa vision éclairée sur le futur of work pour en apprendre plus sur le digital nomadisme et les possibilités qu'offre ce mode de vie !Margaux Roux est adepte de la Nomad Life depuis + de 5 ans, profitez de ses nombreux conseils pour apprendre comment gérer le quotidien de digital nomade freelance ! C'est une indépendante aux multiples casquettes : Chargée de communication pour la start-up engagée Chacun Son Café, Fondatrice du collectif de freelance Le Hub Nomade et Coach pour les appétants digital nomads. Ayant refusé le statu quo du "métro-boulot-dodo", elle se définit comme une exploratrice des « futurs souhaitables ».Un Pitchworkees au coeur du Digital NomadismeLéa Boursin est la cofondatrice de Tut-Tute, agence de communication nomade ! C’est dans ce mouvement en vogue que l’on appelle la « Vanlife » qu’elle évolue depuis deux ans. Selon elle, c’est le lieu idéal pour une vie de bureau sans artifice qui pousse à développer sa créativité et son inspiration. Lors de son #Pitchworkees, apprenez en plus sur son parcours en tant que freelance et nomade. Quels freins a t-elle rencontré ? Comment concilier voyage et travail de manière organisée ? Réponses au Café Freelance !Echangez ensemble lors des ChatworkeesBien sûr, que serait un Café Freelance sans ses moments de rencontres ? Profitez des Chatworkees pour rencontrez jusqu'à 3 freelances de votre région et échanger en One-to-One ! Qui sait, votre partenaire de demain se trouve peut-être parmi eux ?Les inscriptions sont ouvertes, réservez votre place pour cet événement rempli de surprises !👉 Je m'inscris tout de suite pour ne pas rater cette superbe édition !---Pour en savoir plus sur l'événement, rejoignez-nous sur les réseaux sociaux :Instagram : @cafefreelance_[Nomdevotreville] et sur CoworkeesFacebook : Café Freelance by Coworkees [Nomdevotreville] et sur CoworkeesLinkedin : https://bit.ly/3we5Jq8---Serez-vous présent avec nous pour celle belle édition ?L'équipe Coworkees

Les meilleurs conseils d'experts pour devenir visible de tes clients !

La visibilité en tant que freelance, qu'est ce que c'est ?La visibilité dans le milieu du freelancing, c'est de réussir à trouver les bons canaux de communication et les outils adéquats pour gagner en notoriété auprès de ses prospects. Pour trouver les clients de son marché, des clients avec lesquels on a envie de travailler, il faut mettre en place des leviers aux bons endroits, aux bons moments. Il faut ainsi dissocier son contenu, qui peut être très impactant, avec le lieu sur lequel on le diffuse. C'est là que l'on parle de visibilité. Mais comment développer sa notoriété et sortir son épingle du jeu dans le marché du freelancing, alors que ce dernier peut paraître saturé ?Nous avons traité de ce sujet lors du dernier Café Freelance du 24 Mai ! Bravo à tous les participants pour votre implication dans cette belle édition. Si vous n'avez pas pu être présent, vous retrouverez le replay en haut de cet article, mais aussi au format podcast pour pouvoir l'emporter partout avec vous ! Il est disponible sur Spotify, Apple Podcast ainsi que Google Podcast !Le thème de la visibilité fait suite au sujet abordé le mois dernier, qui parlait de personal branding (retrouvez l'article dédié juste ici 👉 https://bit.ly/3vLFPcy). Il vous permet de faire le lien entre les canaux de diffusion de votre communication et la gestion de votre marque personnelle.Dans cet article, retrouvez l'édito de Laëtitia Vitaud, experte du future of work, sur la création de contenu et les canaux de communication à privilégier. Sandra Fillaudeau et Noémie Aubron, deux grandes créatrices de contenu en ligne, vous apportent également leurs meilleurs conseils pour développer un format qui vous ressemble et être visible de votre communauté.La création de contenu au coeur de la stratégie de visibilité avec Laëtitia Vitaud ✍️Laëtitia Vitaud, experte du future of work, nous parle de la création de contenu comme moteur de visibilité auprès de vos clients ! Plutôt que par le biais d'une prospection commerciale directe, finalement très intrusive auprès de ses prospects, la création de contenu s'est avérée une solution payante pour l'experte du future of work. Quelle est cette alternative pour dénicher ses meilleurs clients ?Ayant eu une adolescence timide et introvertie, difficile pour Laëtita d'envisager de se mettre en avant et de devenir "visible", d'oser se mettre en avant. Cette timidité a duré très longtemps, jusqu'à ses 30 ans même. Cependant, dans un contexte professionnel, et surtout lorsque l'on est freelance, il faut réussir à partager son expertise et son talent auprès d'un auditoire que l'on a pas encore trouvé. C’est avec l’écriture qu'elle a trouvé son premier public, depuis qu'elle a lancé son activité de freelance en 2015. Elle a commencé par ce support car c'était ce qui lui ressemblait le plus, qui lui était le plus naturel. Ancienne professeur et passionnée par l'écriture, elle fait partie de ces personnes qui aiment exprimer leurs idées grâce à l'écriture. La force du travail proposé par Laëtitia, c'était de faire ( et c'est encore le cas aujourd'hui) des articles avec un important travail de fonds et de miser sur le qualitatif. Tout cela autour d'un sujet peu représenté : le future of work et le freelancing.La découverte des outils de rédaction en ligne fut extraordinaire. La liberté de publication sans avoir besoin d'une validation externe était très important. Il permettait de s'affranchir d'une hiérarchie et de traiter les sujets qu'elle voulait. Le développement de son support de prédilection, Medium, a coincidé avec l'émergence des réseaux sociaux. Il permet en effet d'utiliser la synergie entre les deux, c'est à dire d'utiliser les posts Medium sur les réseaux sociaux pour partager son contenu. À ce moment-là, elle ne pense pas directement à gagner en visibilité ou à se mettre en avant. son travail et ses idées parlent pour elle. Mais ce qui se passe, c’est qu’on devient effectivement plus visible. Rapidement, les clients sont venus à elle pour travailler avec elle, par le biais de ses articles.C’est de cette manière que Laëtitia a construit sa réputation d'experte sur le futur du travail. Elle a ainsi rédigé des centaines d’articles, puis des livres ainsi que des podcasts sur le sujet.2015, en matière de création de contenu et de visibilité, c’est la préhistoire. Il lui aura fallu des années pour construire sa visibilité, avec un travail constant et méticuleux de fourmi. De plus, l'utilisation de la création de contenu s'est plus largement répandue aujourd'hui, et il faut réussir à trouver un sujet/un support/un canal encore peu exploité pour attirer son public.Aujourd'hui, elle fait le constat suivant : elle n'a pas 50 000 followers sur Twitter, mais pour autant, est-elle légitime pour donner des conseils ? La réponse est oui, car ce n’est pas uniquement le nombre de followers qui compte quand on parle de visibilité. Il faut se méfier des vanity metrics. Ce qui est important quand on est indépendant, c’est la pertinence. Il faut observer les synergies entre la réputation que l'on crée grâce à ses contenus et l’activité que l'on veut vendre à ses clients. Y a-t-il des retombées professionnelles ? Est-ce son travail ou ses qualités professionnelles qui sont appréciées ? En fonction de ce que vous recherchez à travers votre visibilité, les indicateurs sont différents.Quand on développe sa visibilité, le plus difficile est le démarrage de sa communication. Il n’y a pas une seule manière de faire. Certains préfèrent rester discrets sur eux-mêmes, alors que d’autres se mettent plus en avant. Le choix des médias varie aussi, de l’audio, l’écrit, la vidéo, les infographies ou encore la photo. Le parcours de création de contenu n'est pas fixé, il peut évoluer. L'important pour convaincre son public, c'est de trouver du plaisir et être soi-même pour transmettre son authenticité et tenir sur la distance. Car une réputation construite sur quelque chose d’artificiel est fragile comme un château de cartes.En parlant de réputation, nous avons la chance d'avoir accueilli deux expertes dans l'animation d'une communauté via une communication de contenu atypique. Chacune, à sa manière, a boosté sa visibilité en ligne et construit une réputation professionnelle solide et sincère.Sandra Fillaudeau est la créatrice du podcast Les Equilibristes dans lequel elle interviewe des femmes et des hommes qui « choisissent tout » et redéfinissent l’intégration pro/perso. Pour accompagner les entreprises sur ces sujets, elle a fondé Conscious Cultures (pour les aider à comprendre et prendre en compte leurs salariés et concevoir les conditions qui leur permettront de mieux travailler ensemble).Noémie Aubron est la créatrice de la newsletter La Mutante dans laquelle elle utilise la fiction pour penser le futur. Dans son activité professionnelle, elle rend plus intelligente la prospective des entreprises. Récemment, elle a rejoint l'agence "15marches" pour guider les entreprises “du signal faible à l’action et de l’idée au business”.Se donner de la voix grâce au format podcast 🎙️ avec Sandra FillaudeauL'idée de lancement du podcast Les Équilibristes s'est imposée à Sandra avec un constat. À la suite d'un congé maternité, Sandra s'est posée beaucoup de questions sur son équilibre professionnel et personnel. Elle ne trouvait pas les réponses qui lui convenait. Difficile pour elle de trouver un média qui s'intéressait à ces problématiques. Sandra voulait créer des débats et des conversations sur ce sujet peu traité. La création de ce média lui a permi d'interroger des personnes aux parcours inspirants sur ses questionnements, mais aussi d'apporter ses propres pistes de réponses.Au départ, pas de plan d'attaque pour lancer le format podcast des Équilibristes. Sa portée presque expérimentale était surtout une façon de trouver des réponses avant d'être un puissant outil de communication. Sandra souhaitait avant tout interviewer les personnes qu'elle avait envie d’entendre. Elle a développé ce podcast autour de sujets qui lui tenait à coeur, et c'est ce qui en a fait sa force.L'idée d'utiliser le podcast lui est arrivée comme un déclic. Écoutant de nombreux podcasts américains, elle se fascine par l'idée de "raconter une histoire" que propose ce format et par sa liberté d'écoute. Historiquement, les échanges d'informations et les histoires se racontaient à l'oral avant l'écrit, le pouvoir de la voix étant très puissant.Se lancer dans le podcast a été très progressif, trouver la formule définitive a pris du temps. L'intérêt d'avoir un sujet spécifique comme la gestion de la vie pro/perso, c'est que les auditeurs qui viennent écouter naturellement le podcast sont en accord avec les valeurs qu'il communique.Il y a une part d'expérimentation et de liberté dans la création de son propre support. Par le biais de ce média, Sandra, indirectement, a démontré un savoir-faire, une approche qui attire aujourd'hui ses clients. Ces derniers savent qu'ils vont retrouver dans son travail les qualités qu'ils ont pu découvrir lors de l'écoute des Équilibristes. Cela permet une certaine proximité avec les clients, qui est très recherchée par de nombreux freelances.Un média fort pour servir son activité professionnelleAu départ, Sandra n’avait pas de business model précis. Elle savait qu'elle voulait lancer une activité de conseil en parallèle, qui couvrirait les sujets discutés lors du podcast. C’est en décembre 2020 qu'elle a lancé “Conscious culture” pour accompagner les entreprises sur ces sujets. S'inspirant fortement de la flexibilité professionnelle qu'elle a constaté aux États Unis, elle cherchait un moyen de proposer cette approche innovante en France. L'idée d'adaptabilité et d'agilité n'est pas un sujet discuté lorsque l'on embauche une nouvelle personne, alors même qu'il peut être vecteur de bien-être pour les employés au quotidien.Conscious Culture cherche donc à banaliser cette approche auprès des entreprises, pour inclure la flexibilité dans le travail de leurs salariés. L'objectif est de simplifier la demande de travailler autrement. C'est là que les Équilibristes a eu un véritable impact auprès de la clientèle, en permettant de mettre le doigt sur les problématiques rencontrées par les professionnels sous un format bienveillant. En impliquant personnellement chaque auditeur à se poser les bonnes questions, elle a permis de passer d'un questionnement individuel à une réflexion collective.Se positionner sur un format concurrentiel 💎Dans un univers médiatique de plus en plus saturé, il faut travailler la niche, l’angle et le ton avec beaucoup de soin. La gestion des podcasts est très chronophage. Il faut passer par une phase d'apprentissage et d'adaptation. C'est pour cela que l'on conseille vraiment d'être passionné par son sujet pour ne pas se lasser rapidement et avoir envie de défendre ses idées.De nombreux formats sont disponibles en ligne, avec des angles de discussions très variés. Il faut trouver le format qui vous ressemble le plus et chercher en quoi vous allez pouvoir enrichir les débats, qu'il s'agisse du fond ou de la forme. Le podcast a cette force d'apporter de l'authencité, on s'intéresse autant au contenu qu'au créateur en lui-même. C'est ce qui va faire la différence entre plusieurs podcasts qui peuvent traiter de sujets à priori similaires. L'expérience, l'angle adopté, le choix des invités rendent l'expérience de l'auditeur unique.Il faut aussi savoir qu’il ne faut pas raisonner que quantitativement. Les réseaux sociaux fonctionnent comme un miroir déformant qui peut décourager les créateurs de contenu. Le plus important, c’est ce que Seth Godin appelle la “consistency” (cohérence et endurance). La réputation en ligne se construit petit à petit, par différents biais comme les réseaux sociaux mais aussi le bouche à oreille. C'est plutôt une bonne chose, car on doit aussi apprendre à être à l'aise avec les différents outils, jusqu'à trouver la formule qui nous ressemble le plus. Cela nous donne le temps d'expérimenter avec plus de liberté.Enfin, un autre conseil serait de se joindre à d'autres collectifs de podcasteurs pour profiter du halo de médiatisation que cela peut offrir. On assiste à la réunion de plus en plus de podcasteurs, qui ne se font pas concurrence mais au contraire cherchent à enrichir mutuellement les débats. C'est la même chose pour la sélection d'invités plutôt renommés. Il ne faut pas avoir peur d'interroger des personnes reconnues, si vous leur donnez la parole, il est rare d'avoir des refus si votre ciblage est pertinent. Il n'y a plus qu'à se lancer !Sandra a trouvé son média de prédilection avec le podcast, qui lui permet de raconter des histoires avec un format qu'elle affectionne particulièrement. Son émergence est apparu en même temps que celle des newsletters personnalisés, et c'est de cela dont nous allons parlé maintenant avec Noémie Aubron, créatrice de la Newsletter La Mutante.Potentiels et challenges d'une Newsletter hebdomadaire 📰 avec Noémie AubronLa création de La Mutante a découlé d'une transition professionnelle pour Noémie. En quittant le monde du salariat, elle souhaitait exprimer plus son côté créatif en parlant de son sujet de prédilection : l'innovation. Son axe différenciant était d'avoir une approche émotionnelle, assez peu représentée lorsque l'on parle d'innovation, et également d'aborder une approche de projets sur du long terme. Il y a eu de nombreuses expérimentations avant de trouver le bon format.Ce qu'il est important de noter, c'est que Noémie dispose de compétences très variées et qui tendent vers une proposition plutôt généraliste et globale. Il a fallut se créer sa propre case pour attirer ses clients et qu'ils comprennent ce qu'elle peut proposer. Il s'agissait donc de trouver le bon positionnement. C'est ainsi que l'idée d'une newsletter hebdomadaire a germé. C'est un format à la fois très libre sur la formule mais qui demande une organisation et une rigueur importante. Il y a quelque chose de très plaisant et stimulant à se donner ses propres contraintes créatives. On peut voir son format grandir et évoluer. Lors de la création, c'est aussi un processus qui systématise la créativité. Noémie adopte un regard nouveau qui lui donne une manière de regarder le monde et le quotidien. La newsletter lui a permis d’aiguiser son regard et aussi sa plume, qu'elle peut exploiter dans son travail au quotidien. Grâce aux nombreux retours de ses abonnés, elle peut aussi adapter son discours et voir ce qui marche auprès d'eux.Le design fiction, un format atypiqueEn voulant se différencier des autres newsletters et apporter un format qui lui ressemble vraiment, Noémie a trouvé sa voie grâce au design fiction. Il s'agit de romancer des réflexions et paradoxes sur le monde d’aujourd’hui. L'idée de retrouver chaque semaine un nouveau chapitre de cette histoire est très attractive pour le lecteur, qui attend avec impatience le prochain numéro.Comme Sandra, en lançant sa newsletter, Noémie n'a pas tout de suite associé d'offre commerciale liée. Tout d'abord par passion, le concept d'introduire une dimension artistique à des réflexions professionnelles a trouvé une résonnance auprès des entreprises. Le confinement a marqué un véritable tournant, c’est le moment où il est devenu mainstream d’utiliser la fiction pour mieux comprendre le monde. Moins isolée sur sa pensée, Noémie a pu construire un service aux entreprises en leur proposant sa méthode de design fiction et son format de newsletters. Son hobby très personnel est devenu son identité et sa force de proposition auprès des professionnels !Des bonnes pratiques en matière de visibilité ?En accord avec l'idée de la passion economy, que nous avons developpé lors de la table ronde sur le personal branding (disponible ici 👉 https://bit.ly/3vLFPcy), LA question à se poser, c’est comment proposer une approche singulière qui nous ressemble vraiment. Pour La Mutante, Noémie cherchait un format qui croisait la prospective, le futur, l’écriture et la fiction. Ce format hybride, qui peut paraître bizarre, doit être assumé. En effet, c’est ce décalage qui permet de creuser son sillon et d'avoir un contenu unique et identifiable !Un bon conseil aussi est d'apporter une véritable plus-value à son auditoire à travers son contenu. Il ne faut pas rester en surface mais chercher à décortiquer en profondeur les problématiques que l'on veut exposer. La newsletter devient alors un véritable service rendu aux lecteurs, dans laquelle ils peuvent piocher des informations utiles ou qui leur apporteront quelque chose. La newsletter Snowball, par exemple, est une newsletter qui est construite comme ça : un service pédagogique qui apporte de la valeur aux lecteurs.La dernière chose, c'est aussi de ne pas hésiter à être personnel dans son approche, dans les conseils que l'on peut apporter. L'auditoire cherche à voir notre regard, notre point de vue et nos avis sur les sujets traités. Même si les personnes peuvent ne pas être d'accord avec les conseils ou les axes développés, vous allez pouvoir créer le débat et les intéresser quand même. L'idée est de développer une communauté qui vous soutient dans votre contenu.Ce qu'il faut retenir de la visibilité en tant que freelance avec Laëtitia VitaudQuand on se lance pour créer du contenu dans le but d'être visible, il faut se spécialiser dans la thématique abordée, mais aussi proposer quelque chose qui vous ressemble. Il faut également mettre en adéquation le médium que vous allez utiliser et la thématique dont vous allez parler. Avec une bonne maîtrise de la forme et du fond, vous pourrez attirer un auditoire qualitatif.Il existe une véritable communauté de spécialistes, prêts à débattre avec intérêts et convictions autour de vos sujets phares. Travailler ensemble, même si vous êtes leader sur votre format, pour faire avancer les débats. N'hésitez pas à vous inspirer de ce qu'il existe déjà sur la forme ou le fond, de vous approprier des thèmes et d'en parler de manière unique et authentique.Il faut également réfléchir à la plus-value que vous allez apporter à vos auditeurs. Quel est le service que vous rendez et comment vous allez le proposer à votre cible ?Pour finir, une visibilité se construit au fur et à mesure. C'est un dialogue qui s'instaure et on apprend à connaître votre contenu autant que votre personnalité au fil des éditions. Prenez le temps de construire votre contenu et de le réajuster en fonction de vos envies, des réactions du public, etc.Top 5 des données intéressantes du sondage live !Pendant le Café Freelance, nous vous avons interrogé sur votre vision de la visibilité au travers d'un sondage. Voici les idées que nous avons retenu :Vous êtes 90% à être abonnés à au moins un contenu de type podcast/newsletter/blog (dont 70% à plus de deux médias)Votre fréquence de consommation de ce type de contenu est plusieurs fois par semaine pour 65% d'entre vous et de temps en temps pour 26%43% des votants possèdent leur propre contenu à partager pour gagner en visibilité90% d'entre vous utilisent majoritairement le référencement naturel (SEO) pour se faire connaître30% d'entre vous indiquent qu'ils ont été connus grâce à leur présence en ligne, 46% par le bouche à oreille et 22% grâce à votre métier spécifique.Bonus : 30% des personnes interrogées indiquent que la personnalité du créateur de contenu est aussi importante que le contenu lui-même et apporte une vraie plus-value !Le référencement payant, une bonne idée pour les freelances ?Pour répondre à cette question, nous avons interrogé Grégory Griesser, spécialiste en publicité sur les réseaux sociaux. Ses réponses pourraient vous étonner, on parle du fond mais également de la forme souvent négligée de la publicité payante ! Découvrez son intervention lors de notre célèbre #Pitchworkees autour du thème "je gagne en visibilité avec mon authenticité" 👉 dans notre article dédié (lien article PITCHW)Visibilité et marque personnelle au coeur de votre stratégie en ligneEn conclusion, nous espérons que les deux thématiques abordées à travers les Cafés Freelance d'avril et de mai vous auront permis d'y voir plus clair sur les enjeux de la notoriété et de posséder une marque personnelle. Quels canaux de communication utiliser, quels supports et quel angle de différenciation apporter pour devenir unique et indispensable aux yeux de vos clients ? Avec nos experts lors des tables rondes, les retours d'expériences des freelances de la communauté lors des Pitchworkees et vos moments de rencontres pour échanger sur le sujet pendant les Chatworkees, c'est désormais à vous de jouer pour développer la meilleure visibilité auprès de vos clients !--- Nous vous donnons rendez-vous le Jeudi 24 Juin pour le dernier Café Freelance de la saison !Pour ne rater aucun futur événement, rejoignez-nous sur les réseaux sociaux et découvrez les invités en avant-première !Instagram : @cafefreelance_[Nomdevotreville] et sur CoworkeesFacebook : Café Freelance by Coworkees [Nomdevotreville] et sur CoworkeesLinkedin : https://bit.ly/3we5Jq8 À bientôt pour de nouvelles informations sur l'édition à venir !L'équipe Coworkees

Freelance : Gagnez en visibilité, pensez authenticité !

Comme beaucoup de disciplines dans la communication, apprendre à être visible sur Internet, cela s'apprend ! Ça tombe bien, on vous fait bénéficier aujourd'hui de l'expérience d'un véritable professionnel de la visibilité sur les réseaux sociaux.Nous avons la chance de profiter des conseils avisés de Grégory Griesser, spécialiste en publicités Facebook Ads, Instagram Ads et LinkedIn Ads. Son challenge ? Donner en 5 minutes ses meilleures astuces pour gagner en visibilité grâce à son authenticité !Découvrez ou redécouvrez son intervention lors du dernier Café Freelance (LIEN ARTICLE CF MAI) en rediffusion dans la vidéo en haut de cet article ! Et si vous préferez la lecture que la vidéo, on vous résume ce qu'il a pu dire dans les lignes qui suivent. C'est parti!La visibilité, qu'est ce que c'est concrètement ?La visibilité, c'est un peu l'obsession que l'on a tous en tête lorsque l'on communique pour notre activité professionnelle sur les réseaux sociaux. C'est plutôt légitime, car une bonne visibilité, c'est ce qui va avant tout nous apporter du lead, des clients, et donc du chiffre d'affaires.Quand on recherche de la visibilité, on souhaite en réalité deux choses distinctes. La première, c'est de toucher un grand nombre de personnes. On souhaite être beaucoup vu. Cependant, il ne faut pas regarder que la quantité mais aussi la qualité du public que l'on atteint par notre communication. En effet, on veut aussi que cette visibilité apporte des résultats concrets, qu'elle conduise à développer réellement son activité (avoir des nouveaux clients, augmenter son chiffre d 'affaires ou améliorer son image en ligne). Inutile d'avoir des milliers de vues si la cible n'est pas bien identifiée et si l'on ne touche pas les bonnes personnes.La difficulté avec le 100% organique, donc gratuit, c'est que les algorithmes des réseaux sociaux ont tendances à être peu généreux pour vous mettre en avant. C'est d'ailleurs souvent volontairement de leur part, car une grosse partie de leur business model fonctionne sur la demande de publicité de leurs utilisateurs. Cela signifie que pour développer votre activité sur une autre échelle, et obtenir un minimum d'impact, le passage par des stratégies de contenu payantes sont fortement conseillées.Par contre, la bonne nouvelle, c'est que vous n'avez pas besoin de dépenser des sommes astronomiques pour pouvoir toucher une grande partie de votre cible ! Plutôt que de se concentrer sur le coût, on va réfléchir à l'impact que doit véhiculer votre message pour fonctionner auprès de votre cible. Avec les bons outils, une bonne visibilité auprès des profils types que l'on recherche est à la portée de tous. Car ce n'est pas tout d'avoir une bonne visibilité, il faut aussi donner envie aux personnes de travailler avec vous !Le problème rencontré par les freelances pour parler d'euxAujourd'hui, la plupart des communications faites par les freelances sont réalisées avec des images libres de droit, très génériques, et accompagnées d'un texte plutôt classique, qui ne fait transparaître aucune qualité personnelle (soft-skills). Un client, face à ce genre de communication, a très peu de chance de vous contacter. Car un des facteurs est manquant, il s'agit de la CONFIANCE.Au contraire, ce qui marche sur ce genre de publicités sur les réseaux, c'est de se montrer aussi authentique que possible. Nous l'avons vu ensemble lors du dernier Café Freelance sur le personal branding, lorsqu'un client recrute un indépendant, c'est autant (si ce n'est plus) pour sa personnalité, ses soft-skills que pour ses compétences et son talent ! On ne vend pas qu'un livrable, on vend également la relation, la disponibilité, le conseil et l'écoute auprès de son client. Parce ce qui vous rend unique auprès de vos clients, c'est la personne que vous êtes.Un client va réfléchir aux arguments techniques pour vous recruter (vos savoirs-faire et compétences) avec sa partie rationnelle, mais bien souvent, la décision finale d'achat va se faie avec le ressenti et le feeling, et donc la partie plus émotionnelle.Mais alors, comment se mettre en avant sur les réseaux pour parler de soi ?La première décision à prendre, c'est de laisser de côté les images libres de droits ! Même si elles peuvent paraître attractives esthétiquement, le client se rattachera bien plus facilement à un visage, une équipe, une photo en train de travailler... quelque chose de concret qui le mette en confiance et qui lui permette de se projeter avec vous. Dans 90% des cas, les résultats les plus concrets sont visibles sur ces types de posts !Un outil très puissant aujourd'hui, pour aller un peu plus loin, c'est l'utilisation de la vidéo. Pas besoin d'une vidéo montée professionnellement, au contraire, on recherche encore une fois l'authenticité et le partage d'un moment. À l'avance, vous pouvez simplement préparer le ton que vous souhaitez employer (la pédagogie, l'humour, l'information, le sérieux, l'originalité), qui doit vous représenter au mieux. Vous avez de grandes chances que vos concurrents ne soient pas encore positionnés sur cet outil, n'hésitez pas à profiter de ce coup de pouce !Grégory a une technique bien rodée pour améliorer sa visibilité. Il utilise des campagnes payantes sur des cibles hyper-spécialisées pour être sûr d'atteindre son coeur de cible. Il utilise la vidéo pour promouvoir sa personnalité en même temps que ses compétences. Vous voulez voir à quoi dela ressemble ? Sa vidéo de présentation sur profil Coworkees est un très bon exemple : https://bit.ly/3ovT5iWVous avez toutes les clés pour réussir à faire la promotion de votre activité sur les réseaux sociaux. Alors, quel est VOTRE truc qui fera la différence ?Dites le-nous dans les commentaires de cet article, on est très curieux d'en apprendre plus sur vous !---Si vous souhaitez pitcher lors d'un prochain Café Freelance, n'hésitez pas à remplir 👉 ce formulaire 👈 pour nous soumettre vos idées !--En attendant, si vous désirez plus d'astuces pour booster votre visibilité auprès de vos clients, notre article dédié spécialement sur le sujet est disponible juste 👉 ICI (lien article mai) !À bientôt,L'équipe Coworkees

Coworkees à Viva Technology : plongez dans l'univers de l'innovation !

Coworkees à Viva Technology : plongez dans l'univers de l'innovation !Ça y est ! Après plus d'une année sans salons, événements ou autres rencontres en présentiel, nous sommes heureux de pouvoir, enfin, venir vous rencontrer lors de la 5ème édition du salon Viva Technology !Le salon Viva tech, c'est quoi ?C'est un rendez-vous incontournable pour les professionels de l'innovation et de l'entrepreneuriat. Si vous vous situez dans ce domaine, vous avez sûrement dû apercevoir le hashtag #vivatech !Le but ? Rassembler les meilleurs acteurs en terme d'innovation afin de provoquer des changements et évolutions dans les entreprises.Ce qui vous attend : des centaines d'exposants, les dernières innovations, des speakers inspirants... Un programme pas de tout repos, mais 100% enrichissant !On vous donne rendez-vous !L'équipe Coworkees sera présente du 16 au 19 juin à Paris au stand "Hall 1 - J51".Vous ne pouvez pas vous déplacer ? Pas de panique, pour la première fois, Viva Tech lance une édition hybride, à la fois en présentiel et en digital.Nous vous donnons rendez-vous sur notre stand pour échanger avec vous sur vos projets digitaux et vos besoins en ressources externes. Nous vous présenterons notre plateforme de mise en relation et de suivi de projet !Pour prendre votre pass, c'est par ici : https://bit.ly/3egwQZuPlus d'informations sur l'événement : https://bit.ly/3fC84oLÀ bientôt,L'équipe Coworkees

Top 6 des podcasts pour freelances

Top 6 des podcasts pour freelancesLors du Café Freelance de mai, nous avions deux invitées, Sandra Fillaudeau et Noémie Aubron qui étaient chacune créatrice d'un podcast ou newsletter très intéressants. Vous avez été nombreux à prendre part au chat en partageant vos podcasts préférés. Ça a été une plaisante aventure de les découvrir les uns après les autres.C'est la raison pour laquelle ce mois-ci, nous avons décidé de faire une compilation de vos podcasts préférés !Voici le top 6 des podcasts que nous avons sélectionné pour vous :Le podcast créatif : Sens créatifC'est le podcast à écouter pour tous les Graphistes, Designers, Illustrateurs et métiers créatifs. Sous forme d'entretiens d'une heure, Jérémie Claeys explore les motivations et les stratégies des artistes de l'image. Chaque semaine, il rencontre des créatifs mais aussi des personnes de l'autre côté de la commande comme des Directeurs Artistiques, Galeristes...Les épisodes qui nous ont inspirés :→ Episode 34 : Retour aux sources avec Cruschiform→ Episode 5 : Apprendre à se dépasser, avec Michaël TerrazLe podcast zen : Healthy livingVous avez tendance à beaucoup stresser ? Alors ce podcast est fait pour vous. C'est Le podcast qui décrypte les tendances bien-être de notre époque. Votre dose de good vibes pour débuter la semaine !Les épisodes qui nous ont inspirés :→ Episode 25, saison 3 : Thérapie intuitive, Cécile Calichon→ Hors-série d'été #3 : Voyager léger, Céline SérisLe podcast professionnel : New PranaBesoin d'un moment d'introspection sur vous-même ? Sur les autres ? Sur le monde qui vous entoure ?Ce podcast est parfait pour vous ! Il explore la vision holistique de soi, des autres, du monde et de la manière dont cela s'incarne dans le futur du travail.Les épisodes qui nous ont inspirés :→ Episode #5 - Eléonore Blondeau : S'engager dans des projets cohérents avec ses convictions, rebondir, et se créer une activité sur-mesure→ Episode #8 - Camille Rabineau : Oeuvrer à transformer notre rapport au bureau et à la villeLe podcast gourmand & bien-être : Deliciously EllaCe podcast anglophone explore le monde de la santé et du bien-être à travers une série d'interviews avec des chercheurs, scientifiques...Les épisodes qui nous ont inspirés :→ Episode 12, saison 7 : How to supercharge your brain ? ( Comment supercharger votre cerveau ?)→ Episode 16, saison 6 : How laughter can be the best medicine ( Comment le rire peut être le meilleur remède)→ Episode 14, saison 6 : How women can support women (comment les femmes supportent les femmes)Le podcast #GirlPower : Femmes artistes / artistes femmesOn fait le plein d'inspiration et de créativité avec ce podcast ! À travers chacun des épisodes, des artistes ( peintres, plasticiennes, photographes...) sont invités pour parler de créativité et de leurs manières d'incarner leurs vies artistiques.Les épisodes qui nous ont inspirés :→ Episode 1 : Etre mère + artiste + médecin avec Charlotte Barrault→ Episode 8 : Peindre les rêves avec Marion CharletLe podcast sociétal : VlanVous le connaissez sûrement, ce podcast nous aide à mieux comprendre notre société à travers le lien à soi, aux autres et à la nature. A chaque épisode, c'est une discussion passionnée entre Grégory Pouy et une personne éclairée.Les épisodes qui nous ont inspirés :→ Episode 168 : Comment l'imaginaire des artistes nous invite à déconstruire ? Avec Augustin Trapenard→ Episode 117 : Comment le design de nos objets du quotidien peut changer notre impact ? Nous espérons vous avoir apporté beaucoup de belles et inspirantes ressources pour bousculer votre quotidien ou changer des podcasts que vous écoutez déjà actuellement.N'hésitez pas à partager en commentaire vos podcasts préférés ou si vous êtes créateur de podcasts.À bientôt,L'équipe Coworkees

Coworkees au salon LEC : venez nous rencontrer

Coworkees au salon LEC : venez nous rencontrerL'équipe Coworkees est heureuse de vous retrouver lors de l'édition digitale du salon LEC !Un rendez-vous incontournableNous vous donnons rendez-vous du 15 au 17 juin pour venir nous rencontrer. Nous serons heureux de vous accueillir sur notre stand virtuel pour échanger avec vous sur vos projets digitaux !Ce qui vous attendL'Evenement Connecté (le LEC) est le plus grand événement suisse dédié au digital, à la relation client et à l'IT. Venez découvrir durant 3 journées les exposants qui tentent de répondre aux nouveaux défis technologiques et organisationnels auxquels sont confrontées les entreprises.Au programme : Près de 100 conférences et tables rondes, des rendez-vous d'affaires provatifs en visio...N'oubliez pas de vous inscrirePour l'occasion des 10 ans du LEC, l'accès à l'événement est 100% gratuit mais le nombre de place est limité.Prenez dès maintenant votre rendez-vous business avec l'équipe Coworkees. Nous vous présenterons notre solution innovante de recrutement et de suivi de projets digitaux avec des freelances.Prenez RDV ici : https://bit.ly/3phzYcYVotre prochain RDVVous souhaitez nous rencontrer en présentiel ? C'est possible !Nous vous donnons rendez-vous à l'édition présentielle de l'événement qui se déroulera du 21 au 22 septembre au Palexpo de Genève.Pour en savoir plus sur l'événement : https://bit.ly/3uGqusAÀ bientôt,L'équipe Coworkees

Boost ta visibilité et sors de l'ombre grâce au prochain Café Freelance !

Apprendre à se faire connaître, ou comment gagner en notoriété pour trouver vos clients idéaux en tant que freelance ? Après l'édition du Café Freelance d'avril, sur le thème du personal branding, nous vous proposons de réfléchir sur les différentes méthodes pour gagner en visibilité !Nous vous donnons rendez-vous, exceptionnellement un jeudi, le 📅 27 mai à 🕤 9h30 sur HOPIN.Vous pouvez déjà réserver votre place pour ne pas louper LE rendez-vous incontournable des freelances 👉 https://bit.ly/3xQIQKmAu programme :🎙️L'édito de Laëtitia Vitaud, experte du future of work🎙️ La table ronde d'experts avec Sandra Fillaudeau & Noémie Aubron🎙️ Le Pitchworkees par Grégory Griesser🗣️ La session Chatworkees pour rencontrer d'autres freelances de votre région... et bien d'autres surprises ! Apprendre à mettre en avant son talent, avec l'édito de Laëtitia Vitaud 🎨Créer du contenu comme stratégie pour trouver ses clients, voilà la méthode utilisée par Laëtitia Vitaud lorsqu'elle a décidé de lancer son activité professionnelle. Son médium favori ? L'écriture !Lors du Café Freelance, Laëtitia vous dévoilera son parcours sur la création de contenu, mais aussi l'évolution des canaux qu'elle utilise depuis qu'elle a débuté son métier en freelance jusqu'à aujourd'hui.Quelles sont les méthodes que l'on peut utiliser pour développer sa notoriété en ligne ? Elle vous donnera un aperçu dans sa présentation ! La table ronde d'expertsNous avons la chance d'accueillir pour cette édition deux expertes de la gestion de projets. Elles ont réussi à se faire connaître grâce à des stratégies de communication bien rodées et atypiques !Découvrez sans tarder leurs bios :📢 Sandra Fillaudeau est la créatrice du podcast Les Equilibristes dans lequel elle interviewe des femmes et des hommes qui « choisissent tout » et redéfinissent l’intégration pro/perso. Pour accompagner les entreprises sur ces sujets, elle a fondé Conscious Cultures (pour les aider à comprendre et prendre en compte leurs salariés et concevoir les conditions qui leur permettront de mieux travailler ensemble).Sandra nous expliquera comment elle a eu l'idée de développer son podcast Les Équilibristes.Comment a-t-elle fait évoluer ce format, et comment cet outil lui sert aujourd'hui dans son activité professionnelle pour sa visibilité ? Réponse pendant l'event !📢 Noémie Aubron est la créatrice de la newsletter La Mutante dans laquelle elle utilise la fiction pour penser le futur. Dans son activité professionnelle, elle rend plus intelligente la prospective des entreprises. Récemment elle a rejoint 15marches pour guider les entreprises “du signal faible à l’action et de l’idée au business”.Noémie sera présente pour partager son expérience autour de sa newsletter innovante La Mutante. Apprenez comment ce format lui permet de se distinguer de la concurrence et d'augmenter sa visibilité. L'authenticité comme moteur de visibilité, avec Grégory GriesserGrégory Griesser est spécialiste en publicités Facebook ads, Instagram ads et LinkedIn ads. Il intervient sur le développement concret du chiffre d'affaires des entreprises grâce aux réseaux sociaux, en tant que prestataire ou formateur. Son crédo ? L'authenticité dans la communication. Son outil pour y arriver ? L'utilisation de la vidéo !Lors de son #Pitchworkees, il nous expliquera comment il définit et identifie clairement les besoins de ses clients en termes de visibilité. Comment optimiser leur notoriété en ligne et répondre au mieux à leurs attentes ? Réponses pendant le Café Freelance !Vous avez hâte de participer ? On se retrouve le jeudi 27 mai pour parler de tous ces sujets passionnants ! L'inscription gratuite et obligatoire se fait via ce lien 👉 https://bit.ly/3xQIQKmVous avez raté le Café Freelance d'avril ? Pas de panique, vous pouvez retrouver l'article dédié sur cet événement consacré au personal branding juste ici 👉 bit.ly/3vLFPcy. Découvrez les thématiques abordées en avance sur nos réseaux sociauxInstagram : @cafefreelance_[Nomdevotreville] et sur CoworkeesFacebook : Café Freelance by Coworkees [Nomdevotreville] et sur CoworkeesLinkedin : https://bit.ly/3we5Jq8---On vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour vous donner plus de détails sur les interventions de nos invités sur les réseaux. Stay tuned !L'équipe Coworkees

5 minutes avec un expert freelance pour construire sa marque personnelle !

Autour du sujet du personal branding, nous avons interrogé un véritable expert de notre communauté de freelances sur Coworkees ! Content Strategist et Copywritter, Brice Schwartz est engagé depuis plusieurs années auprès de ses clients grâce à une stratégie de brand content bien rodée. Newsletters, podcast, site web, réseaux sociaux, rien ne lui échappe. Découvrez son discours inspirant pour développer votre stratégie de contenu ... et éviter les pièges du personal faking !La retransmission du live est disponible en haut de cet article, et en résumé écrit dans les lignes qui suivent ! Bonne découverte !Vous êtes une marque, en tant qu'indépendant.Votre nom et votre prénom ( ou le nom de votre marque) constituent votre identité auprès de vos clients. Ils vous rendent reconnaissable, quand on pense à vos services, à votre entreprise, on doit penser à vous. Ils doivent être évocateurs, vous représenter. Vous incarnez cette marque au quotidien auprès de votre publicComment incarner cette marque ? Vous devez analyser votre perception sur votre marché, comment vous identifie t-on ? Quel est votre ADN, ce qui vous distingue de la concurrence, et comment on vous perçoit. Cet ADN doit être travaillé pour pouvoir être partagé et développer une véritable identité.Pour construire sa marque, il faut d'abord l'imaginer. Prenez en compte vos forces et faiblesses, votre unicité, votre personnalité, vos passions. Vient ensuite le temps de développer cette identité, de s'axer sur une offre qui vous ressemble, qui peut fédérer vos clients et travailler sur des projets porteurs de sens à vos yeux. Vous disposez d'une approche unique, d'une personnalité, de savoirs faire, et de passions qui peuvent vous permettre de vous démarquer !Une stratégie bien pensée, la clé du succès d'un personal branding qui marche !Brice a commencé à travailler sa marque personnelle alors même qu'il était en études. Il a développé sa communication au fur et à mesure, jusqu'à proposer un engagement fort avec des partis pris importants auprès de ses clients. Des sujets engagés qui lui ressemble, voilà sa marque de fabrique. S'appuyant sur des supports de communication variés, il profite de ses différents canaux pour démontrer son expertise : blog, podcast, newsletter, site internet.Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que cette démarche de personal branding s'est organisée grâce à une stratégie bien pensée et planifiée. Après une importante analyse personnelle pour être clair avec ses valeurs, il faut passer à l'action ! Il faut communiquer, et cela passe par le fait d'assumer ce que l'on est et ce que l'on propose. Partager ses succès et se mettre en avant est alors très important. Avoir un avis et des opinions marqués, c'est aussi être clivant. On ne peut pas plaire à tout le monde, et c'est tant mieux pour votre stratégie. En communiquant de manière authentique, vous allez attirer des clients qui vous ressemblent, avec qui vous aurez envie de travailler.Le némésis du personal branding, le personal faking !Par contre, attention de ne pas verser dans le personal faking. L'image que vous devez renvoyer doit correspondre à la personne que vous êtes vraiment. Si vous tenter de copier le style d'une autre personne ou que vous inventez un personnage, le succès ne durera qu'un temps ! En plus, votre authenticité vous apportera des clients que vous pourrez fidéliser grâce à votre honnêteté. Pour aller plus loin sur le personal faking, Brice a rédigé un article complet disponible sur son site internet !Un autre concept intéressant est d'utiliser le humble bragging. Pour cela, n'hésitez pas à valoriser vos succès mais également vos échecs, vos ressentis, votre quotidien de freelance, et plus largement tout ce qui peut vous humaniser/vous rendre sympathique auprès de votre audience. Il faut mettre en avant qui on est, mais en conservant de l'humilité dans ses propos.Vous allez aussi devoir devenir mémorable. Essayez de marquer les esprits, et pour cela rien de mieux qu'une stratégie bien établie et durable qui vous inscrira dans l'esprit et le cœur de vos clients et prospects !Alors n'ayez plus peur de développer votre marque personnelle, vous avez tout à y gagner ! Pour apprendre à créer du contenu, direction l'article de Brice sur le sujet !---Envie d'en apprendre plus sur le personal branding ? La table ronde du Café Freelance a réuni Alex Vizeo, Noémie Kempf et Laetitia Vitaud, 3 experts en personal branding, autour du sujet ! Découvrez sans plus tarder l'article sur cet événement ! ---Vous voulez travailler avec Brice ? Vous pouvez le contacter depuis son profil Coworkees : bit.ly/2RxB3jS Nouveauté : les Cafés Freelance sont désormais également disponibles au format podcast sur Spotify et Google Podcast !Votre expérience nous intéresse ! Si vous souhaitez pitcher lors d'un prochain Café Freelance, remplissez le formulaire qui suit : https://bit.ly/3d0HqTXRendez-vous le jeudi 27 mai pour le prochain événement qui sera dans la continuité de ce Café Freelance. Le thème : comment se faire connaître pour développer son réseau ! Les prochains invités seront annoncés bientôt, stay tuned ! L'équipe Coworkees

La presse parle de Coworkees. Merci à elle !